Kymco MXU 450i 2012 Essai

Une nouvelle machine de taille moyenne se joint au rang des KYMCO. Le nouveau 2012 KYMCO MXU 450i, essentiellement le même véhicule que le surprenant Maxxer 450i, récemment ajouté à la gamme, est habillé de façon différente et pourvu de porte-bagages additionnels pratiques. Au cœur de cet ensemble, le même moteur de 443 cm3 à simple arbre à cames en tête à injection d’essence. Bien qu’il lui reste à prouver sa valeur à long terme, son comportement tout en douceur et sa quantité suffisante de couple ont donné bonne impression à surmonter les obstacles que nous aimions conquérir.
À quoi s’attendre

Nous pensons qu’il est important de mentionner le prix de détail suggéré peu élevé de 6 495 $ en dollars canadiens avant de continuer, puisque les attentes doivent être ajustées au prix. Ce véhicule de taille moyenne pourrait laisser les adeptes avides d’une performance supérieure sur leur appétit, mais pourrait s’avérer parfait pour plusieurs conducteurs axés sur la conduite récréative ou pour ceux qui recherchent un outil de travail à la ferme ou au ranch, à prix raisonnable. La version LE de ce modèle affiche un air plus classique, grâce à sa couleur argent et à l’addition de roues à l’allure améliorée, ajoutant de la valeur et de la qualité à ce nouveau MXU. Le prix du modèle de base est plus abordable et il est offert en couleurs noire, verte, bleue et rouge, et équipé de roues ordinaires en acier peintes en noir. Avec le passage du temps, nous avons constaté que celles-ci ne demeurent pas jolies longtemps, alors que des éraflures mineures peuvent rapidement gâcher leur allure. Ne soyez pas impressionnés par la présence d’un treuil monté sur notre version de test. On l’a ajouté, sans doute pour démontrer qu’il est facile d’en installer un, ou même seulement pour nous accommoder, nous les gens des médias, et nous procurer le moyen de pousser ce véhicule à sa limite dans la boue. Sur ce véhicule, nous aurions aimé trouver un choix de verrouillage du différentiel sur le bouton de contrôle des quatre roues motrices, davantage qu’un treuil.
L’impression générale

En général, le comportement de ce quad est assez prévisible. À une cadence logique, il procure une conduite étonnamment confortable. L’abattement de la suspension s’opère tout en douceur au début, pour enfin se raidir environ à mi-chemin de sa course. La très belle surprise qui nous attendait lorsque nous avons poussé ce quad un peu plus fort dans un virage près du point de décrochage, lorsque le véhicule est prêt à basculer (comme en conduite de style voltige où nous tentons d’amener le quad sur deux roues du même côté seulement), a été de constater que ce quad ne voulait absolument rien savoir de cette manœuvre! Assez pour rendre perplexe cet individu très habitué à ce genre d’acrobatie qu’est notre conducteur de test Fitto. Nous n’avons pas inutilement recruté ce conducteur dans la quarantaine, vétéran de VTT/maître artiste airbrush, pour rien. Normalement il ne tarde pas à faire quitter des roues du sol d’une façon ou d’une autre, quel que soit la machine. Cette fois-ci par contre, il s’est même arrêté au début de sa période de réchauffement intense, pour me demander si j’avais déjà tenté notre cascade à deux roues de côté sur ce VTT. Je lui ai répondu que la géométrie de la suspension était étonnamment efficace au point de décrochage, barrant presque la suspension et refusant de laisser lever les roues intérieures. Le Yamaha Kodiak 450 se comporte quelque peu de la même façon, même en appliquant d’importants transferts de poids, du mauvais côté! Aussi entêté que toujours, Fitto a contribué l’agressivité nécessaire pour parvenir sur deux roues et, bien sûr, a fini en roulant à une vitesse de marche, nous envoyant la main, comme d’habitude. Il ne cessera jamais de m’impressionner. Il m’a plus tard avoué qu’il n’avait jamais eu à déployer autant d’effort pour faire lever les roues du sol et amener un quad au point d’équilibre sur deux roues du même côté.

Le point le plus surprenant est que ce résultat est obtenu sans la contribution d’une barre stabilisatrice. La suspension arrière indépendante n’en est pas pourvue et ceci contribue à une sensation de liberté de balancement du quad à des vitesses moyennes. Le véhicule tend à pencher d’un côté en virage ce qui provoque l’impression de versage. Poussé un peu plus loin, il réagit en s’agrippant davantage. Il vous faudra tenir compte de ce comportement et ne pas tenter de dégager le train arrière d’une poussée sur l’accélérateur, puisque la réaction aura tendance à vous projeter. Le comportement de ce quad fait qu’il est un compagnon de jeu idéal pour les sentiers sinueux, étroits, plutôt éprouvants. Une taille plus importante des repose-pieds aurait été appréciée et la hauteur exagérée de la pédale de frein ne fait aucun sens, puisqu’elle actionne le système de freinage hydraulique, presque trop efficace, aux quatre roues. Si une pédale à pied opère les freins avant, elle devrait être placée à environ un centimètre au-dessous du repose-pied, de façon à ce que le pied repose sur l’étrier et que le conducteur puisse moduler le freinage en pivotant son pied, au lieu d’avoir à mettre le pied complètement sur la pédale. Ce qui signifie que la pression additionnelle sera exercée inévitablement et de façon exponentielle, à mesure que le poids du conducteur est poussé naturellement vers l’avant. Certaines personnes s’habituent au freinage aux quatre roues, puisqu’ils maintiennent le mode quatre roues la plupart du temps. Je préfère avoir le choix de contrôler les freins arrière et avant séparément, et je trouve que le contrôle est ainsi mieux effectué en freinage. Je suggère d’utiliser uniquement les contrôles manuels (les deux effectuent exactement le même travail à l’application des freins aux quatre roues), si vous demandez une performance accrue à ce vif 450. Ce serait une bonne idée de tester votre capacité à contrôler le véhicule en freinage intense, dans un endroit plat et clair, à des vitesses basses à modérées, sous l’œil observateur d’un compagnon de sentier.
Surprise, surprise!

Ce VTT est équipé d’un système de suspension entièrement indépendant, avec seulement les ajustements des ressorts en pré-charge pour tirer le maximum de ce châssis en performance sportive. Nous nous attendions de pouvoir profiter du caractère amusant de ce véhicule. La géométrie de la suspension est très à point et réussit à merveille à maintenir toutes les roues au sol. Fitto n’avait pas encore eu l’occasion d’expérimenter les traits sécuritaires de ce quad, puisque j’avais été le seul à essayer le Maxxer 450i, au fond la même machine, mais d’une allure différente. Nos amis de Classique Moto Sport à Mascouche, Québec, nous ont démontré leur efficacité dans la préparation du véhicule, nous procurant un ajustement de la suspension parfait pour de longues randonnées confortables dans les sentiers. Aux quatre roues, les ajustements en cinq positions des ressorts en pré-charge étaient réglés à mi-chemin. Le siège est assez moelleux, même pour une personne de forte corpulence, mais ce véhicule n’est pas conçu pour qu’une telle personne se sente complètement à l’aise. Le plastique entourant le sélecteur de vitesses a un relief angulé inutile et encombrant pour le genou, sûrement seulement pour les grands et grandes. Généralement, ce quad n’est pas idéal pour les randonnées de type sportif dans de grands espaces ouverts, ni dans des conditions de neige ou de boue profonde. Une machine à prix si abordable est idéale pour de longues randonnées dans des sentiers entretenus, où l’on rencontrerait occasionnellement des sections rocheuses amusantes et elle performe très bien sous différents aspects. Nous la voyons très bien servir d’outil à un fermier pendant de longues années. Si vous rencontrez d’importants trous de boue, il vous faudra maintenir l’élan du MXU pour passer au travers de l’épreuve. Surveillez les roches de tailles importantes, puisque ce seront les demi-arbres de transmission qui entreront en contact en premier avec elles, les bras inférieurs de la suspension se situant à l’arrière de ceux-ci. De plus, sans verrouillage du différentiel, ce véhicule n’est pas le choix idéal pour celles et ceux qui aiment conquérir des obstacles très extrêmes. Le côté positif du véhicule pour certains serait sa grande simplicité d’utilisation et sa façon de ménager la tension sur les bras en 4RM.

Le prix est de loin l’aspect le plus attrayant de ce véhicule à injection Taïwanais, facile à démarrer et au roulement d’une douceur améliorée. Malgré la courte durée de notre test sur ce VTT, plusieurs autres détails ont positivement attiré notre attention. Le caractère stable anti-tonneau et la douceur de la suspension arrière indépendante sont, de loin, les qualités les plus impressionnantes. Le siège est très confortable. Pour l’entretien, l’accessibilité aux pièces est excellente, sans avoir à se blesser les jointures, et la boîte à air est très conviviale. Il n’y a rien à démonter pour y avoir accès, puisque qu’elle est ingénieusement située sous l’aileron avant droit. L’affichage numérique est de son temps et le levier sélecteur de modes de la transmission sur la gauche est étonnamment doux et facile à opérer. Nous aimons aussi la barre d’attelage de 5,08 cm (2 po) en équipement standard et le poids à sec peu élevé de 275 kg (606,2 lb). Tout considéré, nous pensons vraiment que ce véhicule peut très bien servir à différentes personnes et avons été agréablement surpris par sa stabilité et facilité d’entretien.

C’est à vous de décider si ce nouveau MXU 450i nourri en essence de façon électronique, convient à votre style de conduite et vos besoins utilitaires. Si vous le choisissez, il ne faut surtout pas essayer d’imiter les manœuvres de Fitto vue sur nos photos, il est des rares pouvant pousser ce genre de machine de façon aussi spectaculaire tout en restant sécuritaire.

- Publicité -

Alain Assadhttps://www.quadnet.ca
Journaliste Sport Motorisé Hors Route

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Publicité -
- Publicité -


- Publicité -