Kawasaki KVF 360 2010 Essai

Bon voilà, ce véhicule 2010 Kawasaki KVF 360 n’est pas une beauté, les roues avant ne se cabrent certe pas, même après une tirée à l’allure un peu bizarre sur le guidon et il ne vient pas équipé de roues au look de fantaisie ou de caractéristiques électroniques de haute technologie. Il est possible de lui imposer un dérapage en puissance décent, mais on se sent quelque peu ridicule en le faisant. Le destin de ce bébé n’est pas une sortie ostentatoire sur la plage, il est plutôt construit pour une suprématie irréductible en hors route, dans les pires conditions imaginables.

Au moment de monter a bord de ce petit tank 2010 Kawasaki KVF 360, je dois avouer que mes attentes étaient assez limitées. Étrangement, j’ai réussi à trouver des qualités récréatives à ce quad à l’allure unique, sans côté sportif du tout. Le moteur de 362 cm3 à un cylindre, refroidi à l’air/huile est léger, simple et muni d’un dispositif de commande des soupapes à cames en tête. Il est nourri par un carburateur CVK-34 qui procure une réaction douce en accélération et une consommation d’essence efficace. L’absence de contrepoids anti-vibration dans ce moteur à un cylindre impose une vibration en balancement assez prononcé de l’avant vers l’arrière qui fait que les garde-boue arrière très efficaces, se promènent drôlement de haut en bas.

Le mode élevé de la transmission à variation continue (CVT / Continuously Variable Transmission) à deux modes avec marche arrière semblait être l’équivalent d’une basse vitesse qu’on retrouve sur la plupart des quads à grosse cylindrée. En basse vitesse, il peut grimper un mur! Presque instinctivement, j’ai visé le tas de roches à la pire allure que je pouvais trouver. Tout à coup ce véhicule devenait vraiment plaisant à conduire. Les multiples caractéristiques de protection sur ce petit tracteur me donnaient l’impression que ce tank pouvait défoncer un mur de briques. Je serais curieux de voir la condition de ce véhicule si je faisais exactement cela. Je parierais, de fait, que le conducteur serait pas mal amoché, mais que le KVF s’en tirerait qu’avec des égratignures. Sur les surfaces planes, une poussée vers des révolutions supérieures le rendra efficacement à sa vitesse maximale de quelques 60 kilomètres/heure. La solution est de ne pas se soucier des révolutions rapides, ce moteur est reconnu pour sa constitution solide et les révolutions élevées ne dérangeront pas.

L’interrupteur électronique sur le côté droit du guidon permet au conducteur de passer du mode 2RM au mode 4RM, pendant qu’une traction additionnelle peut être facilement contrôlée par une action sur le levier manuel opéré juste par un ou deux doigts de votre main gauche. Plus le sentier devenait difficile, plus le KVF 360 se montrait plaisant à conduire. Ce véhicule est quelque peu lourd en conduite, mais il faut s’attendre à cela puisqu’il est équipé de jambes de force Macpherson. Vues du côté positif, elles rendent la conduite presque immunisée contre les réactions de la direction face aux bosses. J’aime bien comment toute la base du système est moulée de façon à s’enrouler autour du cardan pour le protéger et aussi comment cette protection se marie bien avec les gardes ajoutées sur la partie inférieure des bras en A, rendant toute la partie avant du véhicule indifférente à tout ce qui peut se trouver sur son chemin.

Ceci m’amène à penser à la meilleure caractéristique de ce véhicule, son invincibilité. Le tube d’aération pour la transmission CVT est efficace, ayant tenté de le noyer sans succès à maintes reprises. Le frein à huile interne est complètement scellé et isolé de la poussière, du sable et de la boue. Le Green Team de Kawasaki semble avoir complété une liste d’items couvrant tous les contretemps et échecs possiblement rencontrés sur les sentiers les plus durs et il semble qu’ils ont dûment couvert chaque élément de cette liste en construisant le véhicule. Un système de détection de l’usure à la courroie avertit le conducteur, grâce à une lumière rouge sur le tableau de bord, quand la courroie de transmission KAPS est excessivement usée ou effilochée. Lorsque de telles conditions prévalent, la courroie de transmission actionne un interrupteur monté au-dessus du couvercle de la transmission à variation continue (CVT) qui limitera la vitesse du moteur, qui empêchera la machine de passer au mode 4RM et qui signalera à l’opérateur de se diriger tout doucement vers la maison. La suspension arrière Uni-trak comporte un gros amortisseur pour la stabilité ainsi que cinq ajustements en pré-charge. Elle offre une course de 17,7 cm / 7 po, suffisant, mais ce n’est pas le grand confort si on roule à toute allure sur un sentier sec et dur et généreux de petites bosses et roches. Le bras oscillant est la partie la plus intéressante de la machine, encastrant chacune des pièces motrices essentielles à l’ensemble arrière du véhicule. On y trouve le système de transmission et un système de freinage à huile à disques multiples qui n’auront presque pas besoin d’entretien. De plus, les deux ajustements aux contrôles des freins sont pourvus d’écrous à oreilles larges qui en facilitent la manutention, sans outils ou bouts de doigts endoloris. Il est possible de verrouiller le frein arrière, grâce à un levier situé sur le côté gauche du guidon.

Les robustes porte-bagages en acier procurent un grand espace pour transporter votre large prise. On évalue le potentiel du porte-bagages avant à 40 kg / 88.1 lb et à 70 kg / 154.3 lb à l’arrière. Le point intéressant à propos du porte-bagages arrière est qu’il est de niveau avec le siège arrière ce qui ne nuit pas à son côté pratique, lorsque vient le temps de transporter du matériel large et plat. Je me sentirais confortable à excéder ses limites de chargement et à empiler davantage de cargo. Le moteur n’en ressentira aucun effet et aucune différence ne sera évidente sur l’accélérateur.

Ce véhicule est un hors route robuste et je ne vois pas comment quelqu’un pourrait rester en panne loin de la maison à bord de celui-là. De fait, je le recommanderais fortement à ceux à qui incombent des tâches absolument essentielles et qui doivent s’en acquitter au loin tout seul. D’un poids à sec important de 263 kg / 579.8 lb, le prix à payer pour son invincibilité, il demeure tout de même très maniable et prévisible et représente un véhicule qui peut être utilisé par tous et chacun. Malgré son allure de base, ce véhicule vient équipé de caractéristiques fort intéressantes qui justifient son prix de vente au détail suggéré de 8 199 $. Le KVF360 est une des machines les plus pratiques et robustes sur le marché aujourd’hui. Toujours prêt à transporter de lourdes charges ou à se salir en explorant des terrains pleins de défis, il ne vous laissera pas tomber.

 

- Publicité -

Alain Assadhttps://www.quadnet.ca
Journaliste Sport Motorisé Hors Route

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Publicité -
- Publicité -


- Publicité -