Accueil Essais et Critiques Essais et Critiques VTT Kawasaki Brute Force 750 EPS 2012 Essai

Kawasaki Brute Force 750 EPS 2012 Essai

Depuis longtemps, la confiance des conducteurs de VTT les plus exigeants a été accordée au Brute Force, le VTT vedette de Kawasaki. Favori de plusieurs à cause de sa très grande robustesse, ce puissant quad, le premier à offrir la puissance du deux cylindres en V sur le marché, profite maintenant de plusieurs améliorations intelligentes qui maximisent la performance en conduite. Gratifié d’une augmentation significative de la puissance, d’une nouvelle suspension à triangle double, d’un nouveau système électrique de direction assistée EPS sensible à la vitesse et d’un nombre important d’autres améliorations en 2012, le Brute Force est prêt à conquérir à peu près n’importe quoi. D’autre part, une nouvelle carrosserie et des roues à six rayons en alliage moulé, se chargeront de vous faire parvenir à ces nouveaux sommets, tout en style.

La force de la nature est certainement toute puissante. Les récents désastres reliés aux intempéries sur toute la planète prouvent que personne ne devrait sous-estimer son habilité à transformer cette planète vieillissante que nous aimons tant découvrir. Je tente constamment d’oublier ce processus de vieillissement. Il est très frustrant pour moi d’admettre que mes os, muscles et articulations se transforment aussi, se dégradant lentement comme les pièces mécaniques des multiples véhicules dont j’ai eu le plaisir de conduire. Par chance pour moi et mes épaules endolories, le système EPS devient maintenant monnaie courante dans l’industrie du VTT. L’équipe verte se devait de s’affirmer et d’ajouter ce système à son quad vedette, le Brute Force 750.

La nature prend son temps pour créer de telles merveilles que cette région, où les volcans de la chaîne de montagnes accidentées et glacées s’élèvent vers les nuages bas. Il semble que cette région de Medford, en Oregon, soit en proie à des températures intenses. Je pensais être bien vêtu pour l’occasion, portant une veste CKX de technologie TechFloat vendue par Kimpex, dont les caractéristiques me permettraient de flotter, si j’étais frappé par un événement inattendu, tel une crue éclair des eaux. Je ne sais comment, j’avais oublié de penser à la partie inférieure de mon habillement.

Personne n’aurait pu rêver obtenir une meilleure occasion de tester ce nouveau véhicule très cool dans des conditions si magnifiquement variées. En une seule journée, nos modèles Brute ont eu à affronter toutes les conditions que la nature peut procurer, avec une efficacité considérablement accrue et plus de confort que sur les anciennes versions. Dites-vous bien que toutes les photos de cet article ont été prises au cours de la même journée. Des sentiers étroits serpentant à travers de denses boisés, de la boue, des ascensions de surfaces rocheuses et des conditions pleinement hivernales (pour quelques heures), pour enfin terminer cette magnifique randonnée par un plaisir d’été géré avec soin, avec sorties de virages en dérapage et survols de sentiers de sable chaud. Au moment du départ le matin, on aurait dit être en fin d’automne, au temps frisquet avec une légère bruine. Une pluie plus froide s’ensuivit, qui se transforma en neige incroyablement dense.

En un court moment, c’était de nouveau l’hiver, avec un manteau de neige abondant croissant rapidement en épaisseur. Mon manteau était parfait, mais mes gants de style MX ne réchauffaient que pendant une courte période de temps, après les avoir cuit à la vapeur au bout de mon tuyau d’échappement d’acier inoxydable. Je vous laisse deviner quelles parties de mon corps étaient les plus inconfortables, dans mes pantalons beaucoup trop ordinaires. Je suis revenu à la tente du Team Green pour le dîner, mouillé, gelé et absolument ravi de toute l’expérience! Certaines parties de ma personne avaient besoin d’entretien, lequel me fut procuré par un gros brûleur au gaz rendant la tente confortable et chaude. Toutefois, mon Brute Force 750 EPS à édition spéciale semblait indemne, stationné là joliment, couvert de boue.

En sortant de la tente, je ne pouvais en croire mes yeux, dehors c’était de nouveau le printemps! La chaleur réconfortante du soleil m’a encouragé à revêtir mes vêtements encore humides, pour poursuivre un peu plus d’action brutale sur mon VTT. Sérieusement, il n’aurait pu y avoir un meilleur moyen de tester cette version complètement révisée, et même plus sportive que la version précédente de ce VTT utilitaire sport à grosse cylindrée de Kawasaki.

J’ai aperçu un aigle, ou ce que je croyais en être un, lui aussi résolu à rejoindre de nouveaux sommets. Il s’élançait en hauteur pour améliorer grandement sa vision des environs majestueux. Pour le moment, je devais me contenter d’une inclinaison imposante au flanc de la montagne d’un côté et d’un précipice profond, élégamment taillé par un calme cours d’eau en bas, de l’autre côté. Cette grande expérience devenait encore meilleure, en découvrant les aspects inconnus de ce beau et nouveau Kawasaki. Cet ensemble de sentiers incroyablement cool dont ces gens profitent, est la propriété d’un large groupe de familles adeptes de VTT. La conquête de ce genre de terrain plein de défis, à bord d’un quad équipé d’un tel bi-cylindre en V si généreux en couple, est vraiment le genre d’aventure qui me plaît. Le différentiel avant à contrôle variable (ce petit levier jaune additionnel placé sur le côté gauche des contrôles), est un outil avec lequel j’aime bien m’amuser, en montant avec prudence ces ascensions qu’il était logique de tenter.

J’obtenais une pleine traction à l’avant d’une façon très précise et conviviale. Une pression mi-généreuse de l’accélérateur suffisait pour être récompensé d’un fort apport en puissance, bien que doux et contrôlé. Autrement dit, j’ai grimpé une section rocheuse à un bon rythme, sans trop courir de risques. J’ai rencontré une autre pente un peu plus haut, plus longue et peut-être plus escarpée en endroits, trop loin pour en évaluer le côté sécuritaire, alors j’ai laissé tomber. Pourquoi risquer de démolir cette belle pièce de machinerie? Et encore, à bord de ce Brute, le train avant devenait facilement léger et la direction pointait toujours rapidement dans le bon sens. Si vous pouvez éviter une pente trop abrupte, vous devez le faire. Si l’ascension est inévitable, maintenez une vitesse lente mais constante et choisissez de rouler sur des roches qui minimiseront le mieux les changements d’angle.

Avant de vous en rendre compte, cette section entière de surface rocheuse sur le sentier, qui était si intimidante au premier abord, deviendra trop tôt une chose du passé. C’est là que vous vous surprenez à redescendre la pente pour recommencer de nouveau, juste pour le plaisir. Bien sûr, les dimensions minimales de ce quad signifient qu’il faudra procéder plus souvent à des transferts de poids plus agressifs dans les dénivellations, qu’à bord d’un quad aux dimensions plus larges, tel qu’à bord du Polaris Sportsman XP, par exemple. Cependant, ce quad est beaucoup plus léger et il vous sera plus facile de corriger sa trajectoire, et de le forcer à trouver une position plus confortable, durant les moments qui représentent un défi. Le système de direction assistée du Kawasaki procure une assistance moins remarquable que celle du Polaris, ce que je préfère grandement. Sa présence n’est pas aussi évidente et il ne semble pas créer autant d’excès de confiance de la part du conducteur.

Puissant et facile à manier, ce Brute Force 750 complètement révisé, donnait une sensation fort différente des modèles Brute Force du passé, dès que l’accélérateur était pressé de seulement un demi-pouce. Son moteur a subi une révision majeure de la part d’ingénieurs passionnés et avides de vitesse, vêtus de vert. Sa puissance additionnelle est le résultat d’une augmentation du ratio de compression à 9.3:1. Ce résultat fut obtenu en remplaçant la tête de cylindre par celle du moteur 650 de Kawasaki, et en redessinant de nouveaux arbres à cames, qui augmentent la durée du réglage de distribution et de levée des soupapes, pour une réaction plus vive du moteur et une performance accrue. Le fait surprenant est que ce moteur est de la même taille que le Kawasaki de 366 cm3. D’ailleurs, le bicylindre en V du Brute tourne plus doucement au ralenti que la plupart des moteurs dans cette classe. Ce véhicule est aussi pourvu de meilleurs freins que plusieurs, surtout en ce qui a trait au système de freins à disques humides multiples, étanches, à entretien minime à l’arrière. L’équipement de série inclut aussi une barre de remorquage d’une capacité de 1 250 lb (566,9 kg), et un dispositif de sélection électrique des modes 2RM/4RM, lequel permet un passage facile entre ces modes. L’interrupteur est soigneusement dissimulé, de façon à éviter le changement involontaire des modes.

On a aussi amélioré la suspension avant, grâce à un nouveau triangle de suspension double, avec de nouveaux pivots en caoutchouc, pour réduire l’entretien. On a renforcé le cadre d’acier à double berceau et à résistance élevée à la traction, en ajoutant des renforcements et on a apporté quelques révisions à la colonne de direction. La stabilité du véhicule en virages a été améliorée, mais cette puissance additionnelle signifiait que ce quad à grosse cylindrée, malgré son caractère compact et agile, pourrait vous prendre par surprise au moment d’appuyer un peu plus fort sur l’accélérateur que nécessaire, lorsque vous tentez de faire débloquer le train arrière pour un dérapage en puissance, par exemple. On ne devrait pas tenter une telle manœuvre à bord de machines aussi grosses, équipées d’une suspension arrière indépendante IRS à l’arrière encore moins, mais il me fallait pousser ce véhicule tout près de ses limites, pour découvrir où elles se situaient.

Souvenez-vous, nous le faisons pour ne pas que vous ayez à le faire. Quand je suis passé au mode intense, dans des clairières dégagées et des sentiers à ciel ouvert, cette machine donnait l’impression d’être un quad de course surdimensionné. J’étais profondément ravi de tout cet ensemble de caractéristiques. Par moments, de généreux transferts de poids étaient nécessaires, quand le fort rendement du couple exerçait trop de traction sur le pneu extérieur arrière Duro de 25 po (63,5 cm), qui travaillait seul, pour une courte mais importante période de temps. Je sentais que ma taille et mon poids élevés représentaient un facteur plus important sur cette machine, que sur toute autre grosse cylindrée. Ce qui signifiait que la taille et le poids de ce véhicule n’avaient rien d’intimidant en sensation et que je jouissais toujours d’un contrôle total.

 

 

Avec un couple à bas régime beaucoup plus efficace et utile, on se devait aussi d’améliorer le système de transmission à variation continue CVT. Ainsi, ce Brute a hérité d’une courroie plus épaisse, faite de matériau amélioré et d’une démultiplication allongée (2.884:1 d’entraînement final). Malgré la charge additionnelle sur le système, l’engagement de l’embrayage donnait une meilleure sensation de douceur qu’auparavant. Je dirais même, meilleure que celle de la plupart des grosses cylindrées dans cette classe, au moment présent. De nouveaux réglages du poids et des ressorts assurent un meilleur comportement à basses vitesses, de sorte que l’embrayage était non seulement plus direct, mais aussi très continu en opération. Si ce n’était du son cool émis par le nouveau système d’échappement en acier inoxydable, allant de l’avant à l’arrière, ou de la présence de quelques bruits normaux mais présents émanant du système d’entraînement, vous pourriez être induits en erreur et penser que vous êtes aux contrôles d’un puissant moteur électrique. La réaction à bas régime est à ce point renforcée.

Ce nouveau Brute Force 750 EPS, amélioré de façon excitante, compte parmi les meilleures machines sur le marché aujourd’hui, dans sa quête de sommets plus élevés et satisfaisants à atteindre. Afin de gravir de majestueuses montagnes en toute confiance, dans votre quête des panoramas les plus grandioses au monde, vous pourriez avoir besoin d’une machine solide, bien que très agile, pour passer à travers certaines sections difficiles. Je crois que le Brute Force 750 EPS 2012 est parfait pour ce genre de conduite. Un rayon de braquage serré, un empattement plutôt court et un poids léger pour une grosse cylindrée sont parfaits pour de telles aventures. Grâce à un système électronique d’injection d’essence sans soucis et auto-ajustant, favorisant plus de précision au bout de votre pouce, peu importe les changements de température et d’élévation, de même que pour des démarrages constants, ce quad devient le véhicule idéal pour atteindre votre prochain sommet.

 

- Publicité -

Alain Assadhttps://www.quadnet.ca
Journaliste Sport Motorisé Hors Route

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Publicité -
- Publicité -


- Publicité -