Accueil Actualité Maintenance Comment Ajuster vos Amortisseurs

Comment Ajuster vos Amortisseurs

Je suppose que certains d’entre vous disent que l’équipe du Monde du VTT a dû se tromper d’article car un magazine consacré aux quads ne devrait pas parler de la bourse, des REER et autres placements. Alors je vous rassure tout de suite nous avons juste un peu joué sur les mots car nous allons parler ici d’amortisseurs. Pour les experts comptables et les experts en placements, un VTT ne représente sûrement pas un investissement, mais pour les adeptes de hors route qui comme moi croient aux bienfaits de la “Quadothérapie” c’en est un, d’où l’importance de prendre le temps d’ajuster votre véhicule en fonction de vos capacités et de vos besoins.

Plusieurs quadistes qui possèdent un VTT sport ont souvent le goût d’améliorer leurs machines en les équipant d’accessoires de performance. Après une petite séance de démontage dans le garage ou chez le mécanicien du coin, la bête est enfin prête à rugir. Ces véhicules sont capables d’atteindre des vitesses vertigineuses, mais dans la réalité qui est nôtre, la cinquième vitesse sera très peu sollicitée, à moins que vous soyez un pilote de course qui pratique en circuit fermé. Je me souviens encore du surplus d’adrénaline que me procurait mon Yamaha Banshee à chaque accélération, le bruit du moteur modifié qui hurlait à chaque fois que mon pouce pouvait pousser la poignée dans le fond, mais, et oui il y a souvent un mais, ce fut une erreur dans le choix des priorités.

Je m’explique, ajouter de la puissance peut vous paraître la première chose à faire, afin de développer une conduite plus agressive et plus de sensations. s Ajouter de la puissance sur un quad qui va vous projeter dans les airs à la première bosse que vous croisez ou avoir tendance à rouler sur deux roues dans les virages n’est pas d’une grande utilité et peut même s’avérer être un trés mauvais choix. Surtout n’oublions jamais que le plus important est la sécurité. Et oui chères lectrices (j’espère Mesdames que vous êtes de plus en plus nombreuses à nous lire et à braver les sentiers!) et chers lecteurs, la première chose que l’on devrait ajuster ou améliorer sur un quad est la suspension, et pour ceux qui pensent que celle de leur VTT n’est pas assez performante, vous pourrez toujours acheter des modèles plus haut de gamme.

Je tiens quand même à noter l’effort des manufacturiers dans ce département, surtout en ce qui concerne les VTT sport, car les véhicules viennent avec des suspensions plus que convenables pour la majorité d’entre nous. Je voudrais partager avec vous quelques notions de base qui pourront vous aider à faire vos ajustements et à pouvoir exploiter votre suspension au maximum, spécialement les véhicules qui possèdent des réglages comme la compression haute et basse vitesse, le rebond et la pré-charge. Une suspension bien ajustée vous permettra de conduire plus longtemps en étant moins fatigué, donc peut importe votre style de conduite, le bon réglage des amortisseurs est d’une importance capitale.

La première chose à connaître c’est le type d’amortisseur de votre quad, en règle générale on a quatre familles d’amortisseurs.

Le modèle de base n’a aucun réglage disponible. La majorité du temps il équipe les mini-quads ou les modèles très économiques, aucun mal de tête au niveau des réglages, mais il ne faut pas s’attendre à des prouesses du coté de la performance.

La deuxième famille est celle qui équipe la presque totalité des VTT utilitaires ou sports d’entrée de gamme, ils ont juste le réglage de pré-charge qui va agir sur la force appliquée au ressort. Sur les utilitaires c’est généralement un réglage à 5 positions prédéterminées. Ce type d’amortisseurs ne permet pas de faire des réglages précis, mais bien souvent les conducteurs de gros 4×4 y trouveront leur bonheur, même s’il est assez facile d’atteindre la limite de ces modèles, dès que vous poussez un peu la machine. Le deuxième type de réglage pour la pré-charge vient avec un système à double écrous filetés; ces amortisseurs équipent les VTT sport de base. L’avantage de ce système est que vous pouvez obtenir un réglage de pré-charge beaucoup plus précis, donc pour une conduite un peu plus pimentée, c’est un atout non négligeable.

La troisième famille d’amortisseurs est pour les pilotes un peu plus avertis et pour ceux qui s’adonnent à la conduite sportive. Ils ont deux réglages disponibles, la pré-charge et le rebond. Le réglage du rebond contrôle la vitesse à laquelle votre amortisseur va retourner à sa position initiale après avoir été compressé. Un bon réglage du rebond permet à la roue de rester en contact avec le sol pour une traction optimum, donc il est de grande importance car si la roue du VTT sautille en permanence, la conduite peut être dangereuse à mesure que la vitesse augmente ou que le terrain devient plus accidenté.

La dernière famille est utilisée par les pilotes expérimentés, qui pratiquent en circuit fermé, mais on retrouve de plus en plus le même type d’amortisseurs sur tous les quads sports. Ils sont souvent de très bonne qualité et permettent une multitude de réglages. Ils arrivent avec la pré-charge, le rebond et la compression, et la cerise sur le sundae sont les modèles qui ont la compression haute et basse vitesse. La compression est le réglage qui permet de durcir ou d’assouplir un amortisseur en modifiant sa résistance hydraulique, suivant le type de terrain, par exemple. Donc les amortisseurs sont plus polyvalents car le pilote peut changer le réglage dans la plupart des cas sans difficulté, à l’aide d’un tournevis et même sans outils pour les modèles équipés d’une molette.

La compression haute et basse vitesse utilise le même principe, sauf que vous pouvez faire un réglage différent quand l’amortisseur est compressé à une vitesse lente (donc, plutôt lorsque vous roulez plus lentement) ou quand il est plus rapidement écrasé (comme par exemple à l’atterrissage d’un saut ou lorsqu’ on pousse un peu plus la machine), sans avoir à faire de compromis. L’amortisseur réagira différemment, suivant l’allure à laquelle vous roulez, et le type d’impact. Un tel niveau d’ajustement vous demandera plus de temps et de compétence, aussi il faut en avoir l’utilité.

Tous les amortisseurs plus évolués ont une particularité, ils possèdent des réservoirs additionnels. Le réservoir est un avantage non négligeable pour les conducteurs plus chevronnés; il permet à l’amortisseur de refroidir plus vite et donne une meilleure efficacité sur les longs trajets ou en compétition. Certains utiliseront aussi un revêtement Kashima pour réduire la friction. En tout les cas, tous les amortisseurs de cette catégorie mériteront qu’on les protègent avec des étuis.

Maintenant que les présentations sont faites, j’aimerais vous expliquer comment faire de bons ajustements de base, car comme beaucoup de choses dans la vie, s’il n’y a pas une bonne base, le reste ne fonctionnera pas! Ces réglages s’adressent plus particulièrement aux VTT sports dont la suspension est d’origine et avec mono-amortisseur arrière. Bien sûr, les 4×4 peuvent s’en inspirer. Et si je peux me permettre un petit commentaire, j’aimerais voir un jour les manufacturiers faire le même effort qu’ils ont fait pour les quads sports au niveau des amortisseurs, se reproduire sur les 4×4, avec toutes les options disponibles sur ces véhicules comme la direction assistée, GPS et autres. Des amortisseurs ou juste un ajustement de pré-charge prédéterminée disponible n’a plus lieu d’être!

Pour réaliser ces réglages il est préférable d’être deux, il faudra vous munir d’un ruban à mesurer en centimètres si possible (les calculs seront plus simples), d’un crayon et d’une calculatrice, si vous êtes allergique au calcul mental.

L’amortisseur arrière :

Le premier réglage est l’affaissement à vide, en d’autres mots c’est la pression exercée par le VTT sur l’amortisseur quand celui-ci est sans pilote. L’affaissement à vide ne devrait pas dépasser 10% de la course maximum de votre amortisseur.

Étape 1 : Faites un point de repère sur le bras oscillant du VTT et un point sur une partie inférieure du cadre à l’aide d’un marqueur ou d’un crayon. Il est important d’utiliser les mêmes points pour toutes les mesures, donc assurez-vous que votre marquage ne s’efface pas.

Étape 2 : Soulever le VTT par le cadre ou la barre arrière jusqu’à ce que l’amortisseur soit étendu à son maximum, tout en laissant les pneus en léger contact avec le sol.

Étape 3 : Mesurer l’espace entre le point A et B comme sur la photo et noter le chiffre.

Étape 4 : Relâchez le VTT et appuyez sur la selle une ou deux fois pour que l’amortisseur revienne à la normale. A nouveau, mesurez l’espace entre les 2 points.

Étape 5 : Nous voici à l’étape du calcul. Comme indiqué précédemment ci-haut, l’affaissement à vide ne devrait pas dépasser 10% de la course maximum. Ex : Mesure à l’étape 3 = 60 centimètres, 10% de 60 centimètres = 6 centimètres, si l’affaissement à vide est bien réglé la mesure a l’étape 4 devrait être 54 cm (60cm-6cm= 54cm).

Si votre calcul est supérieur à 10%, il vous faudra augmenter la pré-charge de votre ressort. Si, par contre, il est inférieur, vous devrez diminuer la pré-charge. Une fois le bon réglage obtenu, vous pouvez passer à l’étape suivante.

Pour pouvoir obtenir le maximum de votre amortisseur il faut maintenant régler l’affaissement en charge, c’est-à-dire avec le conducteur sur le quad. Il va de soi que c’est la personne qui utilise le quad qui doit être assise sur la selle, et bien centrée sur le véhicule, les mains posées sur le guidon et les pieds sur les reposes-pieds. Des 2 réglages de pré-charge, celui de l’affaissement en charge est le plus important, mais si les deux valeurs peuvent atteindre l’objectif, c’est encore mieux. L’affaissement en charge devrait se situer aux alentours de 30% de la course de l’amortisseur. Voici encore une fois les étapes à suivre.

Étape 1b : Une fois que le conducteur est assis sur la selle en position de conduite, il faut que la seconde personne mesure la distance entre les points faits précédemment.

Étape 2b : soustraire ce chiffre à celui que vous avez obtenu lors du calcul de l’affaissement à vide à l’étape 3 (exemple : 60 centimètres à vide, 30% de 60 centimètres= 18 centimètres). Donc une fois que le conducteur est assis sur la selle, l’amortisseur devrait s’affaisser d’environ 18 centimètres. La distance entre nos deux points sera approximativement 42 centimètres. Si la mesure que vous avez prise est loin de l’objectif de 30%, il faut procéder aux ajustements nécessaires. Si votre VTT s’affaisse trop quand vous êtes en position de conduite, ajustez le ressort en le serrant. Par contre, si l’arrière de votre quad descend à peine quand vous vous asseyez sur la selle, il va falloir diminuer la pression sur le ressort en desserrant.

Pour être sûr que les réglages d’affaissement à vide et en charge soient équilibrés, revérifiez votre mesure d’affaissement à vide après avoir terminé la mesure d’affaissement en charge, au besoin. Si la première mesure se trouve grandement affectée par la seconde il se peut que le ressort de votre amortisseur ne soit pas adapté à votre poids; dans ce cas il vaut mieux se concentrer sur le réglage de l’affaissement en charge. Les amortisseurs installés par les manufacturiers sont fabriqués pour un conducteur de poids moyen, si vous êtes hors des normes qu’ils ont défini, vous devrez soit changer le ressort pour en mettre un adapté à votre poids, soit vous acheter des nouveaux amortisseurs chez votre concessionnaire. Certaines marques fabriquent vos amortisseurs sur mesure, ils vous feront remplir un questionnaire avec des questions comme votre poids, votre style de conduite, quel type de terrain…

Les amortisseurs avant:

Pour les amortisseurs avant, quand les véhicules n’ont pas de bras triangulaires modifiés et que les amortisseurs sont d’origine, en premier lieu, je vous conseillerais d’y aller avec vos impressions. Si vos bras sont tétanisés par la douleur après 10 minutes de conduite et que vous trouvez que l’avant du VTT est très rigide, desserrez les ressorts progressivement jusqu’à ce que vous soyez satisfait. Par contre si à l’inverse, votre VTT a tendance à plonger au freinage et les amortisseurs à atteindre la fin de course à la moindre bosse, vous devrez appliquer plus de pression aux ressorts.

Cependant, sur certains quads vous pouvez utiliser le même principe que pour l’amortisseur arrière en faisant un point de repère sur le cadre à l’avant du véhicule et un repère sur le sol. Prenez vos mesures et faites vos calculs. Pour l’avant, j’ai tendance à appliquer seulement 20 à 25 % d’affaissement en charge sur mes quads au lieu de 30%. Il y a plusieurs raisons à cela, mais une des principales est que si l’avant du véhicule est légèrement plus haut, meilleure sera la traction aux roues arrière. À vous de déterminer quel est le réglage qui sera le mieux approprié à votre VTT et à votre style de conduite.

Rebond et compression:

Pour les réglages du rebond et de la compression chacun doit y aller en fonction de ses besoins. Pour le rebond si vous êtes du genre à ouvrir les gaz quand vous voyez une série de bosses, il faut ajuster vos amortisseurs pour que le rebond soit assez rapide pour qu’il puisse retourner en position initiale très rapidement, mais si vous êtes plutôt un conducteur tranquille un rebond un peu plus lent sera plus approprié. En ce qui concerne la compression c’est le même principe, vous devez faire vos réglages en fonction de votre style de conduite et le type de terrain. Si vos amortisseurs cognent dans le fond au contact d’une bosse, il va falloir ajouter de la compression; par contre, si vous sentez que votre quad est plutôt raide, surtout en passant des obstacles, vous devrez diminuer la compression. Pour bien faire, il est préférable de modifier les réglages en tournant la molette ou la vis prévue à cet effet un ou deux “click“ à la fois, et de faire des essais, car la différence au niveau de la suspension pourrait vous surprendre et provoquer une chute si vous passez d’un extrême a l’autre.

Avant de mettre tout cela en pratique, je voudrais vous donner des conseils qui pourront vous aider.

Premièrement; Ne modifiez pas plus d’un réglage à la fois. Obtenir un bon réglage de ces amortisseurs n’est pas simple, alors allez-y étape par étape.

Deuxièmement, prenez des notes, emmenez un petit carnet ou cahier avec vous dans le sentier ou sur la piste où vous pratiquez et notez vos réglages, vos préférences et la fatigue ressentie après les essais.

Troisièmement, faites tous vos essais sur le même parcours, vous pourrez mieux ressentir les différences entre vos ajustements.

Pour ne pas changer nos bonnes habitudes, on décide de mettre tout cela en pratique et d’analyser le résultat, car c’est bien jolie la théorie, mais dans la vraie vie c’est parfois un peu moins rose. Cette fois le cobaye sera le Yamaha 700 Raptor de mon ami de longue date surnommé “TAZ”. Sa machine est de toute beauté et a seulement une centaine de kilomètres parcourus qui s’affichent au compteur; les amortisseurs n’ayant pas été touchés depuis la livraison du VTT. Ce petit bijou a déjà reçu quelques améliorations: l’échappement au complet vient de chez Yoshimura, le filtre est un K&N, ajoutez à cela des roues ITP (10″ au lieu de 9″ en arrière). Notre équipe passera sa monture sur la table d’opération. Nous réglerons ses amortisseurs et prendrons ses impressions après une bonne séance d’essai sur piste. Cette machine arrive avec le type d’amortisseur parfait pour notre test; le Yamaha 700 Raptor possède des amortisseurs avec réglages de pré-charge, rebond, compression haute et basse vitesse, le tout agrémenté de réservoirs accolés. Les premiers reproches que nous avons reçus du propriétaire du VTT sont la mollesse de la suspension, l’avant ayant tendance à plonger au freinage et l’arrière à rebondir sur les bosses.

On s’attaque tout de suite à l’amortisseur arrière dont l’accès à la vis de réglage du ressort n’est pas vraiment simple. La mesure entre nos points A et B en extension maximum est de 42 cm.

En théorie :

Affaissement à vide théorique : 42-4,2= 37,8 cm
Affaissement en charge théorique : 42-12,6= 29,4 cm

Chiffres réels après réglages:

Affaissement a vide mesuré : 38,4 cm
Affaissement en charge mesuré : 29,5 cm (avec pilote de 220 lbs)

Il est évident qu’atteindre les chiffres théoriques est presque impossible. L’important est de s’en approcher au maximum. Nous avons dû recommencer les réglages trois fois avant d’arriver à ce résultat, donc soyez patients.

Pour le réglage de la compression et du rebond, on se dirige tout droit vers la piste d’essai pour pouvoir faire nos ajustements en conditions réelles.

Nous voici donc prêts à passer a l’action. C’est une journée magnifique, le ciel est bleu, il ne fait pas trop chaud, le seul point un peu moins positif est que les intempéries des journées précédentes ont fait de la piste un champ de boue. Le propriétaire du Raptor embarque sur la machine, laisse chauffer le moteur quelques instants et décide d’ouvrir les gaz. Après avoir fait trois tours de piste, il s’arrête et nous donne ses premières impressions. Nous étions stressés à l’idée d’entendre qu’il préférait son Raptor avant les ajustements faits sur les amortisseurs. Heureusement, cela ne fut pas le cas. La première remarque fut que le VTT ne plonge plus de l’avant comme il le faisait au freinage, de plus il était plus stable dans les courbes, et en bref, qu’il se sentait beaucoup plus en confiance sur sa machine. Même s’il a ressenti tout de suite la différence, je ne pense pas que des amortisseurs peuvent être réglés à la perfection en si peu de temps. Pour les réglages du rebond et de la compression, c’est un travail à plus long terme.

Maintenant c’est à notre tour de faire rugir son Raptor. Nous ne sommes pas tous du même poids, mais on espère ressentir la différence entre avant et après nos réglages.
Alain, notre rédacteur en chef, embarque sur la machine et on voit tout de suite qu’il n’est pas là pour faire de la figuration. Après quelques virages en glisses et de bonnes accélérations à la vue d’une bosse, j’arrive presque à voir son sourire à travers son casque, c’est un très bon signe!

En ce qui me concerne, je voudrais juste dire qu’après cinq minutes passées au guidon de ce Raptor, je n’avais qu’une idée en tête : lundi, je téléphone à mon concessionnaire et j’en achète un!

Pour conclure, je voudrais remercier Alain Godin (TAZ pour les plus intimes) qui a laissé son VTT entre nos mains, en toute confiance.

Alors si vos amortisseurs ne vous donnent pas satisfaction, vous pouvez toujours en acheter des plus performants, mais sachez que ce genre d’équipement à un prix très onéreux. Pour un VTT sport, cela peut se situer entre 1500$ et 4000$ et pour les 4×4 c’est à peu près la même chose. Par contre je peux vous assurer que vous allez ressentir la différence, mais surtout ne faites pas l’erreur d’acheter des amortisseurs au-dessus de vos besoins! Ou pire encore, en acheter avant d’avoir essayé de bien ajuster ceux d’origine. Surtout maintenant que vous savez comment le faire.

Je vous donne rendez-vous le mois prochain. Nnous aborderons un sujet qui pourrait lui aussi améliorer votre VTT à moindre coût…

- Publicité -

Alain Assadhttps://www.quadnet.ca
Journaliste Sport Motorisé Hors Route

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Publicité -
- Publicité -


- Publicité -