Accueil Actualité Maintenance Changer les freins de votre VTT

Changer les freins de votre VTT

Le fait de pouvoir arrêter est plus important que le fait de rouler de l’avant. Effectuer la vérification de l’opération des freins et le faire à chaque utilisation de votre VTT est une pratique sécuritaire qui devrait devenir une habitude. La vérification de l’usure mécanique des freins est aussi une bonne idée. Si votre VTT grince à chaque application des freins, alors la procédure suivante est due depuis trop longtemps. Cet article décrit en détail les étapes à suivre pour changer les freins de votre VTT. Le VTT consacré à ce projet est un Outlander 800 2007 avec 4 023 kilomètres (2 500 miles) au compteur, et dont les plaquettes de freins sont usées à plus de 50 %.

Nous suggérons, en premier lieu, d’avoir toutes les pièces de rechange en main avant de commencer ce projet. On peut se procurer les ensembles de plaquettes avant et arrière séparément auprès de BRP. Les gens du Monde du VTT ont effectué quelques recherches au sujet des plaquettes de freins. Les plaquettes de série sont fabriquées à partir d’un mélange plus mou, alors que celles issues du marché des pièces de rechange ont tendance à être faites d’un mélange plus dur. Les plaquettes de série, plus molles, freinent mieux, mais elles ont tendance à s’user plus rapidement. Les plaquettes de rechange nécessitent plus d’effort pour l’application des freins, elles durent vraiment longtemps et ont tendance à s’incruster au disque, comparées aux plaquettes de série. (Photo 1 nouvelles plaquettes de freins de série)

Grâce à un ensemble simple d’outils de mécanique, vous serez en mesure d’accomplir cette tâche relativement facile. Première étape mécanique : monter le véhicule sur le cric et retirer la roue. Assurez-vous que le véhicule est supporté de façon sécuritaire et aussi maintenir un espace propre et libre autour de tout le véhicule, pour que la sécurité prime! Vous aurez ainsi assez de place pour bouger et avoir accès aux boulons de montage des étriers. (Photo 2 et Photo 3). Une fois ces deux boulons à tête Torx retirés, on peut extirper l’étrier pour l’entretien. Maintenant, vous pouvez retirer les deux clavettes d’arrêt. Notez que ces clavettes fonctionnent à l’aide du système Allen Key, contrairement aux têtes de Torx utilisées sur la quincaillerie de montage des étriers.

Bien qu’elles semblent similaires, elles sont différentes et nécessitent des outils différents. (Photo 4 et Photo 5). Soyez prudents en manipulant l’étrier et la conduite flexible de freins, il ne faut pas mettre de pression sur la conduite. Vous pouvez retirer les clavettes d’arrêt à l’aide de pinces, en faisant attention de ne pas endommager le filage des clavettes. Une fois les clavettes enlevées, les plaquettes peuvent être sorties. Parfois, les plaquettes sont usées au point où le support en métal frotte contre le disque du frein, faisant entendre un grincement « métal sur métal ». Si tel est le cas, vérifiez l’usure du disque: il devrait être doux au toucher de l’intérieur jusqu’à l’extérieur de la surface de freinage, et assurez-vous de bien vérifier les deux faces. Si ces surfaces sont endommagées, il faudra remplacer le disque de frein.

Assemblage des freins

Maintenant que tout est démonté, assurez-vous que l’ensemble des pièces soit suffisamment propre avant de rassembler. Les nouvelles plaquettes étant beaucoup plus épaisses que les vieilles, il faudra élargir la distance des étriers pour accommoder les plaquettes plus épaisses. Cette opération se fait à l’aide d’un étau en C, ou dans ce cas, on peut utiliser des pinces Vise-Grip. Il faut pousser le piston de l’étrier de nouveau dans l’étrier (Photo 6). Si les plaquettes ne se retirent pas facilement, desserrez alors la vis d’évacuation du liquide de frein et drainez une petite quantité de liquide. Soyez prudents en manipulant le liquide de frein, il peut être toxique et peut faire lever la peinture. Un nettoyage immédiat est nécessaire. Utilisez un boyau en plastique qui aidera au drainage et contrôlera le fluide.

Voici une excellente occasion de nettoyer le disque de frein à l’aide de solvant. Vaporisez, essuyez, séchez et essayez de nettoyer le disque en entier, ainsi que les pièces adjacentes. Le piston une fois reculé, il y aura assez de place pour insérer les nouvelles plaquettes. Avant de remplacer les clavettes d’arrêt, vérifiez l’usure aux tiges des clavettes et nettoyez-en la surface. Cette tige devrait être lisse. Il est possible de sabler les marques d’usure à l’aide de papier sablé fin. Les plaquettes profiteront donc d’une bonne surface pour glisser. (Photo 7) Autre chose…si vous ne réussissez pas à rendre les clavettes lisses, voyez à les remplacer. Ceci favorisera une opération mécanique de freinage plus douce. Installez les clavettes d’arrêt; il vous faudra exercer une pression sur les plaquettes pour un alignement correct et assurez-vous de mettre une goutte de Loctite bleu sur chacune d’elles pour aider à les maintenir en place jusqu’au temps du prochain entretien.

La prochaine étape est de replacer l’organe complet de l’étrier en position. Assurez-vous que les plaquettes de frein sont placées de chaque côté du disque de frein, au moment où vous glissez l’ensemble complet de l’étrier en position. Un tournevis standard peut être utilisé pour rentrer le tout en position. Une fois l’étrier en place, vous pouvez replacer les boulons de montage des étriers; n’oubliez pas une goutte de Loctite bleu sur chacun des boulons, afin de bien les maintenir en place. (Photo 8) Si vous n’avez pas eu à briser le joint d’étanchéité du fluide de la conduite de frein lors de cet entretien, pompez simplement le levier de freins du VTT jusqu’à ce que la pression revienne. Si, de fait, vous avez brisé le joint d’étanchéité, il vous faudra saigner le système de freinage, opération à voir plus loin.

Les deux freins avant devraient être faits en même temps, de façon à maintenir l’équilibre de freinage du VTT. Si les freins avant doivent être refaits, il faudrait considérer refaire les freins arrière aussi. Chacun des étriers est traité de la même façon, et les étapes effectuées sont dans le même ordre que décrit.

Comment remplacer le liquide de frein et saigner vos freins

Le rinçage de la conduite de freins est semblable à l’action de saigner un système de son air (Photo 9). La méthode la plus répandue est la procédure éprouvée et sans faille, à deux intervenants. C’est plus facile à faire qu’à décrire et cela peut être accompli en 10-15 minutes. En premier lieu, enlevez le couvercle du maître-cylindre de frein situé du côté gauche du guidon (assurez-vous de bien nettoyer le contour du couvercle d’abord, pour empêcher toute saleté de tomber dans le réservoir). À ce moment, vous commencez par glisser un morceau de boyau en plastique clair par-dessus le robinet de purge situé sur l’étrier de frein: il devrait s’ajuster facilement autour. Placez l’autre extrémité du boyau dans un récipient clair, tel qu’un bocal en verre ou un carton de lait en plastique, rempli de liquide à frein (le fait de pouvoir voir dans un contenant clair sera utile). Demandez à votre assistant de pomper le levier de frein à quelques reprises pour accumuler de la pression, puis d’un mouvement vers l’intérieur, tenez le levier activé quelque peu.

Pendant que votre assistant (te) maintient le levier activé, utilisez une clé pour ouvrir le robinet de purge, juste assez pour laisser une poussée de liquide à frein s’échapper par le boyau dans le contenant. Votre assistant devrait alors exercer une lente pression sur le levier et tenir assez longtemps pour vous permettre de refermer le robinet de purge de nouveau, pour éviter que de l’air ne soit aspiré dans la conduite de frein. Il faut répéter cette procédure à plusieurs reprises. (Photos 10 et 11) La clé ici est de maintenir le niveau de fluide du maître cylindre au-dessus du minimum marqué, en ajoutant constamment du liquide neuf. Une fois que vous apercevez du liquide neuf et clair sortant du boyau clair (sans bulles d’air) venant du robinet de purge en remplacement de l’ancien liquide foncé, vous pouvez resserrer le robinet. Ça y est, le travail est accompli.

Il est important d’éviter de renverser le liquide à frein, car il agit comme décapant à peinture. Assurez-vous de tout bien nettoyer, une fois la tâche accomplie. Ce qui inclut vos mains, le liquide à freins étant très dur sur la peau!

Simple et facile, n’est-ce pas? Et la prochaine et très logique étape est d’aller faire une randonnée de test, vous assurant de ne pas rouler trop rapidement avant d’avoir appuyé une première fois sur tous vos contrôles de freins pour les tester. Le fait de savoir que votre système de freinage est en bon ordre de fonctionnement vous donnera, à vous et à vos êtres chers, la quiétude d’esprit.

Les freins de VTT, le pourquoi et le comment du remplacement total du liquide de freins.

Il n’y a pas de doute que le système de freinage de votre VTT est important. Devinez quelle partie de votre VTT est la plus négligée? Oui, le niveau du liquide à freins. Cependant, plusieurs fabricants de VTT ne font pas de recommandations concernant le remplacement du liquide de frein. Ils mentionnent tous d’inspecter le système de freinage et de vérifier le niveau de liquide et s’il est élevé, tout est parfait. Cependant, sachez que de remplacer le liquide de frein peut vous protéger, ainsi que votre système de freinage de dommages coûteux dus à la corrosion et de plus, peut contribuer à prolonger la durée de vie de votre VTT.

Types de liquide de frein

Aux États-Unis, le Department of Transport (DOT) (Département du Transport) réglemente les spécifications relatives au liquide de frein. Plutôt que de spécifier ce qu’est exactement du liquide de frein, ces gens spécifient tous les critères qui doivent rencontrer certaines spécifications, tels que l’habilité à couler par temps froid, le point d’ébullition à hautes températures et le fait que ce liquide soit compatible aux différents types de matériaux utilisés dans le système de freinage. Ils identifient les liquides selon leur façon de rencontrer les différentes classes avec DOT 3, DOT 4, etc. Aujourd’hui, la plupart des fabricants utilisent le liquide de frein de type DOT 4. La particularité du type DOT 4 est un point d’ébullition plus élevé. Ces fluides sont à base de glycol et, tels quels, sont hygroscopiques. Ce qui signifie qu’ils absorberont l’eau.

Laissez un contenant ouvert et il absorbera de l’eau issue de l’air. Dans le système de freinage, l’eau sera absorbée lentement (au cours des années) par les boyaux et par les différentes pièces en caoutchouc. Lorsque vous ajoutez du nouveau liquide de frein, assurez-vous que c’est le type approprié pour votre véhicule : il sera mentionné dans le guide du propriétaire ou inscrit sur le couvercle du réservoir. Les formules conventionnelles basées sur le glycol sont identifiées comme étant DOT 3 et DOT 4, qui diffèrent surtout par leur point d’ébullition. Pendant que les deux sont compatibles, la classification DOT 4 est à un point plus élevé d’ébullition, alors si votre véhicule est conçu pour un DOT 4, ne substituez pas pour un DOT 3. Si l’on spécifie DOT 3 pour votre VTT, vous pouvez utiliser les deux types. Castrol commercialise aussi un liquide de frein du nom de LMA (Low Moisture Absorbtion / Absorption minime d’humidité). Cette préparation est formulée pour durer plus longtemps que les types conventionnels, puisqu’elle prend plus de temps à atteindre son point de saturation et qu’elle a, prétend-on, un point d’ébullition plus élevée.

Il est important de noter que le liquide de frein étiqueté DOT 5, qui est à base de silicone, n’est PAS compatible au fluide conventionnel et ne devrait JAMAIS être ajouté à un système utilisant du DOT 3 ou 4. Le produit classifié DOT 5 a la couleur mauve et n’absorbe pas l’humidité, en plus d’avoir un point d’ébullition supérieur.

Pourquoi changer votre liquide de frein et quelques conseils pratiques

Le liquide de frein conventionnel absorbe l’eau au gré du temps et vidanger votre liquide de frein est de la maintenance préventive. Le rinçage est important pour éviter la condensation qui entraîne la corrosion. Éventuellement, le fluide absorbera toute l’humidité qu’il peut contenir, jusqu’à son point de saturation. Plusieurs choses peuvent se produire à cette étape. L’humidité non absorbée peut commencer à s’accumuler dans le système, causant la corrosion d’endroits critiques; l’eau peut faire gonfler et détériorer les joints d’étanchéité, contaminant ainsi le liquide de frein, en plus du fait que le point d’ébullition descende alors sous les niveaux recommandés. Ce qui veut dire que dans des conditions de freinage à température élevée, une application insistante ou répétée sur les freins en descendant la pente abrupte d’une montagne, par exemple, fera que le liquide de frein commencera à bouillir plus tôt, ce qui réduira la performance du freinage. Le levier peut donner l’impression d’être spongieux et comme l’efficacité du freinage décroît, une distance plus grande est requise pour arrêter le véhicule et les contrôles deviennent moins précis.

Quand faut-il rincer le système de freins? On recommande de remplacer le liquide aux deux ans à cause du climat humide et des changements constants de température liés à notre sport. Cependant, ce sont vos yeux qui vous diront que le temps est venu. Le liquide de frein neuf est transparent et d’une légère couleur ambrée. En absorbant l’humidité, le liquide prend une teinte foncée, nuageuse, qui indique qu’un changement est dû. Le liquide de frein neuf a un point d’ébullition d’environ 400 degrés Fahrenheit ou plus. Le coût d’une bouteille de liquide de frein est donc une assurance peu coûteuse, pratique et vraiment utile.

- Publicité -

Alain Assadhttps://www.quadnet.ca
Journaliste Sport Motorisé Hors Route

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Publicité -
- Publicité -


- Publicité -