2010 KYMCO MXU 500 IRS Essai

Après avoir connu un succès presque immédiat avec son premier VTT de pleine taille, le MXU 500, le géant de Taïwan KYMCO revient, en mettant en marché ce très nouveau KYMCO MXU 500 IRS. Bien sûr, IRS signifie Independant Rear Suspension / Suspension arrière indépendante, une caractéristique qui est devenue essentielle à tous ceux qui incluent la conquête sérieuse de terrains difficiles sur leur liste de choses à faire. Nous ne pouvions éviter d’être en accord total avec l’aptitude de ce véhicule à une utilisation sur route également. Il est équipé de tout, à partir des feux de direction à un klaxon et même au verrouillage de la colonne de direction, pour les cas où vous le stationnez au centre-ville…de Paris!

En marche

Le MXU 500 IRS est propulsé par un moteur à un cylindre, à SACT (Simple Arbre à Cames en Tête), refroidi au liquide, de 498,5 cm3, assorti d’une tête de cylindre à 4 soupapes. Ce moteur à carburateur ronronne de façon étonnamment douce, presque sans vibration au ralenti. Ce modèle IRS est doté d’un étrangleur automatique au lieu du bon vieil étrangleur manuel à tirer et d’un levier amorceur, facilement accessible une fois le siège retiré, qui doit être pompé à quelques reprises pour les démarrages par temps froid. Grâce à une puissance de plus de 35 chevaux et à une dose décente de puissance à moyen régime, il procure des départs en douceur, mais il pousse de l’avant par la suite pour atteindre rapidement la vitesse de 50 km/h. Le 2010 KYMCO MXU 500 IRS est le VTT le plus gros et le plus puissant produit par KYMCO jusqu’à maintenant. Si le sentier à l’avant le permet, ce véhicule poursuivra la montée, avec une tirée sur les bras légère mais constante, jusqu’à sa vitesse maximale d’environ 88 km/h, en vous donnant l’impression que vous conduisez un véhicule un peu plus puissant qu’un 500, jusqu’à ce point. Bien que son grondement donne l’impression d’un moteur beaucoup plus imposant, nous aurions espéré une réaction plus nerveuse à la pleine pression du pouce à partir du point d’arrêt. En vérité, ce genre d’apport de puissance en douceur est beaucoup plus sécuritaire, mais certains pourraient se plaindre du manque de dérapage disponible des roues arrière, qui permettrait de changer rapidement la direction du véhicule en volte-face. De toute façon, ce quad n’est pas le genre destiné à ce comportement et le levier du sélecteur de vitesses est si plaisant à opérer que c’est presque aussi amusant de faire volte-face en une manœuvre à deux étapes.

La conduite

Sur surfaces planes, de toute évidence, le réglage des bras en A à l’avant et à l’arrière associé au même débattement de 19,05 cm (7.5″) signifiaient que ce véhicule semblait davantage porté à verser que son prédécesseur, le MXU 500 sans IRS. Néanmoins, la barre stabilisatrice sur le modèle équipé de la suspension arrière indépendante (IRS) a accompli une excellente tâche à maintenir l’équilibre entre la stabilité et le confort. La forme en bulle des pneus arrière Pathfinder ne contribuait guère dans ce sens et ils s’enlisaient assez souvent, à la pression de gonflage recommandée de 4,5 psi à laquelle on les avaient livrés. Il est important de noter que l’ajustement en précharge de tous les ressorts était au réglage le plus bas sur les cinq possibles. Il aurait donc été facile d’améliorer la stabilité en les augmentant au moins de quelques crans, mais nous n’éprouvions pas le besoin de le faire. Il ne nous est jamais donné de nous sentir tendus lorsque les roues intérieures commençaient à grimper car elles le faisaient de façon prévisible et contrôlée. Faites-moi confiance, notre ami Fitto a quand même réussi à battre assez le véhicule pour réaliser d’impressionnants dérapages en puissance.

La puissance de freinage

Le MXU 500 offre un système de freinage hydraulique à disque tout autour, avec deux disques à l’avant sur les roues et un disque perpendiculaire à l’arrière de l’arbre. Trois mécanismes indépendants peuvent être utilisés pour le freinage : les deux disques à l’avant sont comprimés par l’action du levier droit, comme d’habitude, et le disque arrière peut être activé indépendamment à l’aide du levier gauche. Les deux leviers de contrôle à la main sont équipés d’un mécanisme de freinage pour le stationnement. La pédale de pied à freins (positionnée trop en hauteur à mon goût) agit sur toutes les quatre roues, où un pourcentage plus élevé de freinage va à l’arrière. Je dois dire que je pense qu’il aurait été plus logique que ce soit le levier actionné à la main de gauche qui accomplisse cette action. Ainsi, un seul mécanisme de freinage aurait suffi pour barrer les quatre roues. Néanmoins, ce système unique permet un contrôle très fin du freinage en mode 2RM, agissant exactement selon les besoins de chaque instant. Cependant, les conducteurs de quad sérieux aiment habituellement que ce contrôle précis indépendant aux roues arrière se fasse à la pédale. Canceller l’action de la pédale sur les freins avant impliquerait une modification relativement simple cependant et serait la première chose que je ferais si cette machine m’appartenait. De toute façon, il est préférable de ne pas utiliser la pédale du tout en descendant une pente. Utiliser les deux mains (ou seulement une en 4RM) pour freiner, vous donnera un contrôle et une sensation de réaction meilleurs.

Le pousser

Les larges pneus Kenda Pathfinder de 30,5 cm (12″) donnent à ce nouveau KYMCO une substantielle garde au sol moyenne de 25,9 cm (10,2″), qui a été très utile au moment de notre temps de jeu sur les amoncellements de roches récemment découverts aux Saisons Express à Léry, au Québec. Dans ce genre de situation, la rondeur des pneus Kenda Pathfinders a été appréciée puisqu’ils minimisaient la levée d’un coin particulier de la machine, même en passant au-dessus de grosses roches rondes ou à angles prononcés. Bien sûr, le côté négatif est que le dessous du véhicule est plus à risque de frotter, mais les plaques protectrices en plastique du KYMCO offraient une certaine protection. Une longue égratignure le long du centre de celles-ci a été détectée après notre utilisation excessive, dans des conditions de terrain que personne ne devrait avoir à conquérir. Le MXU 500 IRS s’est avéré être un véhicule lent excellent pour ramper, à notre surprise.

Le train avant était agréablement stable dans les sections plus rudes, telles que dans les séries de petites bosses à hautes vitesses, avec un soupçon de poussée naturelle sur le guidon aussitôt qu’un effort de direction était fait, d’un côté ou de l’autre. Ce trait faisait qu’on avait l’impression que la conduite était devenue assistée, quand le premier petit effort de direction était effectué par le conducteur et que la direction demeurait stable même en mode 4RM, mais ce trait disparaissait totalement en mode 4RM lorsque le verrouillage du différentiel avant était activé. Ce fait, en plus de la forme arrondie des pneus et de ce surprenant bon système de suspension indépendante à l’arrière, rendaient ce quad excellent à se tailler un chemin dans les sentiers forestiers étroits, tout en maintenant une bonne et plaisante allure. L’arrière ne bondissait pas trop.

Il y avait une différence évidente dans le bondissement, entre la suspension avant, qui en éprouvait très peu, et l’amortissement à l’arrière, qui revenait à la position neutre à une vitesse normale. Cette suspension était aussi efficace dans la boue et nous avons apprécié comment le mode traction du véhicule pouvait être aussi rapidement et facilement activé. Une simple pression sur le bouton bien placé active la traction à toutes les roues et l’action de tourner l’anneau rotatif à sa base active électriquement le verrouillage du différentiel avant. L’avantage de ce commutateur en anneau est que le fait de tourner celui-ci sélectionnera automatiquement à la fois le mode 4RM ainsi que le verrouillage du différentiel, même si le bouton en son centre demeure en position 2RM : un simple mouvement du pouce peut ainsi procurer la traction optimale en pleine action.

Nous étions d’accord pour affirmer, après un court laps de temps passé à bord de ce MXU 500 IRS prêt à la route et au sentier, qu’il représentait un excellent achat. Les gens de KYMCO apprennent de toute évidence très rapidement dans ce segment hautement compétitif du sport motorisé et malgré le fait d’avoir à améliorer certaines choses, la qualité y est vraiment. Nous avons actuellement trouvé que c’est le véhicule idéal pour le conducteur de VTT débutant restreint à un budget limité ou en tant que second quad pour les amis et la famille. Le fait est qu’au prix de détail suggéré de 7 995 $ CAN, il est difficile de trouver un ensemble aussi complet et attrayant pour si peu, bien sûr, si votre intention est d’acheter du neuf. Cette machine inclut une foule de petites additions pratiques cool : un support de fixation de remorque carré, des compartiments de rangement commodes dont un, de forme cylindrique, au-dessous à l’arrière, du côté opposé à l’échappement, et un autre, ouvert, sur le dessus de l’aile droite.

Vous obtenez un support de fixation prêt à recevoir un treuil, un lanceur à rappel, une instrumentation numérique facile à lire, de jour ou de nuit, dotée de plusieurs options d’affichage différentes, un large bouton de commande du robinet d’essence facile à opérer, juste sur le côté, pour pouvoir sélectionner la réserve en pleine action, un limiteur de vitesse, des porte-bagages de série à l’avant et à l’arrière et il y en a encore plus, mais je ne peux tout écrire, cela pourrait occuper tout l’espace du magazine! En passant, le déflecteur de vent vu sur les photos est un accessoire ajouté. Pour les réparations mécaniques ou l’entretien, j’ai aussi bien apprécié l’accessibilité facile. Il est aussi bon de savoir que ce véhicule plaisant, tout comme tous les VTT et UTV (Up Two Vehicle / Véhicule à deux passagers) de KYMCO, est appuyé par une garantie limitée de 1 an et qu’un Plan de Protection étendue jusqu’à 4 ans est disponible auprès de n’importe quel concessionnaire autorisé KYMCO.

Les gens de KYMCO ont, de toute évidence, mis à profit leur collaboration avec Arctic Cat (initiée avec le modèle MXU 400) et l’on redécouvre dans la conception des suspensions et des train-arrières, une inspiration U.S. Soudainement, une évolution technologique énorme pour ce modèle : la suspension arrière vétuste qui était tout juste correcte pour rouler par dessus les branchages sur le plus vieux modèle MXU, est devenu un système de suspension vraiment bien conçu pour n’importe quelle sorte de conduite en sentier! Cette évolution donne vraiment une nouvelle vie au MXU 500 et transforme cette machine en un véhicule beaucoup plus attrayant et compétitif. Muni d’une suspension honorable et suffisamment confortable grâce à son énorme siège en forme de selle équestre, le 500IRS est évidemment un choix très attrayant, à un prix très alléchant. Nous nous sommes aussitôt attaqués à chaque défi avec confiance et nous avons sérieusement remarqué une amélioration énorme due à ce nouveau verrouillage du différentiel et à une meilleure garde au sol.

Jusqu’à un point tel où l’eau s’est trouvée un chemin pour monter jusqu’à la prise d’air de la transmission à variation continue (CVT), qui s’élève en arrière du siège et qu’elle a interrompu notre plaisir au beau milieu du test, en plein dans l’eau, avec un sérieux problème de glissement de la courroie. Une pause s’imposait et, après 15 minutes, nous reprenions les sentiers. Tel que vous pouvez le constater sur les photos, nous cherchions quelque peu le trouble et je ne blâmerais pas trop la machine. Le positionnement de cette prise d’air au même endroit que celle du filtre à air, en hauteur entre le réservoir à essence et le siège, aurait été clairement plus efficace, puisque cette dernière est demeurée complètement sèche. Sa vérification s’est faite en seulement quelque secondes grâce aux 6 fixations à encliquetage maintenant le couvercle fermé par un joint d’étanchéité parfait, là sous le siège.

Grâce à une liste complète d’excellents équipements, à un prix raisonnable et à une fiabilité éprouvée, le MXU 500 « version IRS » est vraiment dans la course, avec l’ambition de prétendre au titre de meilleur vendeur dans la catégorie des 500 cm3. Bravo aux gens de KYMCO! Vous, les filles et les gars de KYMCO, avez accompli un excellent travail sur ce modèle.

- Publicité -

Alain Assadhttps://www.quadnet.ca
Journaliste Sport Motorisé Hors Route

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Publicité -
- Publicité -


- Publicité -