Qu’est-ce qu’un quad? Pour la plupart des utilisateurs, un quad est idéal au « chalet » pour amuser les enfants, transporter le bois de chauffage, se balader dans les sentiers en admirant la nature ou, dans le cas de nos amis les chasseurs, se rendre du point A au point B sur des terrains parfois difficiles d’accès. Pour d’autres, il s’agit littéralement d’un véhicule permettant de faire de la vitesse, à plus de 150 km/heure sur le goudron chaud. Très étonnants, on les appelle les superquads, rien de moins!

- Publicité -

Comme les supermotos, les superquads sont des bolides modifiés pour rouler autant sur l’asphalte que sur terre battue. Même si on tend à comparer les supermotos aux superquads, il faut savoir que les superquads sont plus lourds. Il s’agit d’un sport plus exigeant, en raison de la résistance des quatre roues plus grosses et plus larges au sol. Il s’agit aussi d’un sport difficile pour les pilotes, car contrairement aux supermotos, il est impossible d’incliner le véhicule dans les virages. Il faut donc lutter deux fois plus pour ne pas être éjecté de la selle. Ce n’est que depuis 2006 que l’on peut assister à des compétitions de superquads au Québec. Malgré la « jeunesse » de ce sport, il est de plus en plus populaire et ne cesse de faire des adeptes partout en région.

ACCESSIBLES À TOUS?

Malgré les apparences, le superquad est accessible à tous étant donné qu’il est facile de trouver un endroit pour aller s’exercer, puisque c’est généralement aux mêmes endroits qu’avec les supermotos, c’est-à-dire sur des circuits à grande vitesse. Il faut également être prêt à investir un minimum sur sa machine, car il faut au moins équiper le superquad d’un dispositif d’arrêt d’urgence, de pneus à crampons usés et de protecteurs de pieds. Tous les pilotes se doivent également de porter des vêtements de protection, c’est-à-dire de l’équipement de protection conçu au départ pour les adeptes de motocross, soit un équipement minimal et abordable pour n’importe quel « mordu ».

Les Superquads

LES « PROS »

Bien entendu, quand on parle de sport, peu importe lequel, il y a toujours un niveau professionnel. Il en va de même pour les courses de superquads. Évidemment, le passage d’amateur à « pro » représente un grand pas. Tout d’abord, le professionnel se démarque par des modifications plus poussées du superquad. Qui dit modification, dit investissement et dépenses importantes. Le prix du véhicule peut facilement atteindre 15 000$ à 20 000$, selon les modifications apportées.

Plusieurs modifications aux superquads sont indispensables pour passer à un niveau supérieur. Bien des combinaisons s’offrent à vous selon vos besoins et votre budget. Voici quelques exemples pour vous en donner une idée, lesquels ne représentent que la pointe de l’iceberg. Un pro raccourcit souvent le bras oscillant (swing arm), afin de reporter plus de poids sur les pneus arrière et obtenir ainsi un meilleur départ. Une suppression de la liaison contribue également à l’économie de poids. Un pro qui préfère la stabilité ajoute souvent une barre stabilisatrice (sway bar), dont la fonction est de réduire l’inclinaison de votre quad dans un virage. De plus, au lieu d’utiliser des pneus à crampons usés, on utilisera des pneus lisses. Non seulement la marque de pneus est importante, mais il faut aussi choisir les bonnes composantes en caoutchouc selon les conditions de la piste. À noter qu’il est souvent nécessaire de modifier les jantes arrière afin de pouvoir y installer les nouveaux pneus, plus grands que les pneus habituels de 10 pouces. L’ajustement de la suspension devient un élément essentiel quand on passe d’amateur à « pro ».

Pour ce qui est du moteur, il y a encore bien des possibilités. Pour n’en mentionner que quelques-unes, disons qu’il faut modifier l’entrée d’air, le carburateur, l’agrandissement des conduits de culasse (porting), le piston haute compression, le vilebrequin, et j’en passe! Certains amateurs mettront leur moteur entre les mains de professionnels de la modification. Dans notre cas, nous avons la chance d’avoir un moteur signé Sylvain Arsenault, alias « ARSÈNE », qui est un pionnier dans cette discipline. Il a d’ailleurs été couronné une douzaine de fois en ovale sur terre battue. Sylvain Arsenault sera sûrement le sujet d’une prochaine chronique.

Un des casse-têtes permanents des « pro » est d’« enlever » du poids. Pour faire de la course de vitesse en superquads, le poids est une des principales caractéristiques du véhicule qui peut faire perdre ou gagner. Il faut apporter des modifications en pensant toujours à économiser du poids, et ce, en choisissant des composantes plus petites et différents matériaux qui doivent être impérativement plus légers. L’exemple le plus courant est l’économie de poids de 10 livres obtenue en supprimant les phares. On peut également tailler ou supprimer les ailerons et ce n’est là que quelques exemples.

En plus des modifications apportées aux composantes des quads, la conduite est très technique et découle d’une expérience acquise sur le terrain. En effet, on parle d’un « pro » quand le pilote analyse toutes les composantes pouvant exercer un effet sur la piste, soit la température ambiante, la température de l’asphalte, le vent, etc. Un jeune pilote sera évidemment plus agressif sur les circuits, mais un pilote d’expérience sera capable d’exploiter les conditions ambiantes en sa faveur et d’y adapter sa conduite.

En conclusion, à vous qui aimeriez devenir coureur de superquads, je suggère d’abord d’assister à des courses et de voir si vous pensez avoir la fibre des super pilotes. Si vous pensez être assez endurant et compétitif pour vous lancer, allez-y doucement et écoutez les autres autour de vous. Instruisez-vous en écoutant et en regardant courir les grands de ce sport tels que Sylvain Arseneault, un champion! En plus d’être un sportif de longue date, il prépare de nombreux quads de compétition. Bonne course à tous!

PARTAGER