L’Aventure d'une vie en Colombie-Britannique

Ce que je préfère le plus de ma vie professionnelle dans les sports motorisés est certainement d’avoir le privilège de voyager et de faire l’essai de différentes machines à travers tout le pays. Quand les gens me demandent où se trouve mon endroit préféré pour pratiquer ce sport, je leur dis qu’il est très difficile de battre la Colombie-Britannique. J’ai eu l’incroyable occasion de faire de la luge dans les montagnes il y a deux ans avec quelques amies dans les régions de Pemberton et de Whistler et je pensais vraiment avoir vu la Colombie-Britannique à son meilleur. Ce voyage de luge d’hiver était en fait ma première rencontre avec la Colombie-Britannique et j’ai été littéralement émue aux larmes par la beauté des montagnes. Je ne pouvais même pas imaginer pouvoir vivre une expérience aussi exaltante et aussi mémorable.

Un an et demi plus tard, j’ai eu la chance de partir faire du hors-route dans le sud de la Colombie-Britannique et j’ai été une fois de plus confrontée à ce sentiment d’émerveillement et d’enchantement. Voici un endroit comme aucun autre au monde. Les sentiers dans la région d’Invermere mettent à l’épreuve tous les niveaux de compétence grâce à des terrains variés et offrent des vues panoramiques en abondance. Les sentiers ont d’abord commencé avec facilité car nous avons suivi de vieux et larges chemins miniers jusqu’à la montagne. L’agence de voyage locale a pris soin des sentiers pendant des années et leur dévouement a vraiment donné de bons résultats. La piste était facile pour le dos et les épaules et offrait pourtant de beaux défis agréables. Les scènes panoramiques qu’on y a observées sont ce qui distingue ce sentier de tout ce que j’ai pu voir auparavant.
En réalité, le début de la balade n’était que pour nous mettre en appétit. En remontant lentement la montagne, je commençais à entrevoir le vaste espace ouvert entre les montagnes, les pics enneigés et les lueurs de la prairie au dessus de la limite forestière. Le sentier était magnifique et très agréable. Des terrains érodés par la fonte des neiges nous ont procurés des obstacles faciles mais amusants pour nous préparer à la conduite plus technique à venir. Comme nous avons continué à monter dans la montagne, les sentiers se sont rétrécis et sont devenus plus complexes. Nous avons commencé à rencontrer de longues failles sinueuses qui offraient des vues spectaculaires, et un certain nombre de grands virages en tête d’épingle sont apparus lorsque la montagne est devenue plus raide et plus abrupte. Lorsque nous nous sommes rapprochés du sommet de notre montée, la température a commencé à chuter à un confortable 18 °C et j’ai commencé à voir des taches de neige s’accrocher à l’ombre autour de nous.

Après nous être arrêtés pour un déjeuner rapide et une courte visite de ce qui était autrefois une mine de cuivre, nous avons continué notre ascension jusqu’à la fin de notre première journée d’aventure. Les vues du haut étaient tellement surréalistes que l’expression « pince-moi je dois rêver» a été prononcée de nombreuses fois par les membres du groupe avec lequel je faisais le parcours. Le décor semblait être parfaitement choisi parmi les étonnantes photos qu’on peut voir dans les magazines et sur les sites web. Pas étonnant que les gens aiment regarder des documentaires sur les montagnes! Cependant, aucune vidéo ni aucune photo ne pourra jamais rendre justice aux scènes vécues sur place. Le ciel bleu et les montagnes grises avec leurs taches de neige blanche qui s’accrochent encore à elles même en juillet sont magnifiquement contrastés avec les magnifiques verts pâles et foncés des pins de montagne et des pentes herbeuses de la toundra alpine. En tant que photographe, j’étais au ciel. En tant qu’amateur de sports motorisés, j’étais au paradis!

L’Aventure d'une vie en Colombie-Britannique

En tant que passionnée de motoneige, j’avais pensé que l’hiver serait le point culminant de la saison des randonnés hors-route en Colombie-Britannique. Je me souviens d’avoir été tellement émerveillée par les sites des montagnes en hiver que je ne pouvais pas croire que je serais encore plus éblouie par ce que j’y voyais en été. Après avoir atteint le sommet de la montagne qui abritait ces glorieuses pistes hors-route, j’étais peinée que notre premier jour de conduite soit déjà presque terminé. Au fur et à mesure que nous descendions sur la piste, je ne pouvais m’empêcher d’être enthousiaste et impatiente de voir ce que le lendemain nous réservait comme surprise, alors nous descendrons de l’autre côté de la montagne vers la vallée éloignée. Mais heureusement pour vous, chers lecteurs, vous n’aurez pas à passer deux nuits blanches pour en apprendre plus sur cette deuxième journée de conduite!

Le jour 2 de notre expédition nous a rapidement ramenés vers l’endroit de la montagne où nous nous sommes rendus le jour précédent. Maintenant que le groupe était prêt pour une conduite plus technique et plus complexe, nous avons commencé à descendre le côté nord de la montagne. C’est difficile à croire, mais les points de vue de ce côté étaient encore plus étonnants! Les sentiers sont devenus beaucoup plus agressifs à mesure qu’ils devenaient plus étroits et plus rocheux et les virages serrés devenaient visiblement plus dangereux. Faire du hors-route dans les montagnes est vraiment excitant et enivrant, mais il incombe à tous, compagnons de randonnée, guides et à nous-même d’être prudents et de conduire selon nos capacités et nos compétences. Une erreur commise dans les régions éloignées des montagnes peut avoir de sérieuses conséquences et conduire de façon responsable est une partie essentielle du voyage.

En gardant l’aspect sécurité à l’esprit, le groupe a parcouru ce chemin étroit bordé de crevasses profondes de plusieurs centaines de pieds (milliers de pieds à certains endroits) jusqu’à la vallée en dessous. Ces corniches ont créé des panoramas de la montagne et de la vallée comme vous ne pourriez jamais imaginer. À quelques occasions, nous nous sommes retrouvés à conduire à travers des chemins d’avalanche qui contenaient encore de gros tas de neige que nous devions franchir en parcourant le sentier! Quelle sensation folle de voir toute cette neige en plein mois de juillet! Nous avons également aperçus quelques combats de motoneige en cours de route.

Après avoir descendu dans cette vallée isolée, nous avons effectué une pause rapide pour découvrir certaines des anciennes cabanes des commerçants de fourrure d’une époque lointaine, qui ne sont aujourd’hui rien de plus que des tas de bois récupérés par la forêt qui les entoure. Il est étonnant de penser que quelques personnes courageuses vivaient si loin de la civilisation, qu’elles devaient marcher à pied ou se promener à cheval au lieu d’utiliser les luxueux et confortables VTTs et les côte-à-côtes disponibles aujourd’hui.

Après un petit voyage historique dans le passé, nous sommes arrivés à une grande traversée de rivière. L’eau glaciale de la rivière était d’un beau bleu et provenait de la neige qui fondait au-dessus des montagnes, et les pierres de la rivière qui bordaient la région la rendaient totalement surréaliste. Les eaux étaient glacées, malgré cela nous avons eu beaucoup de plaisir à déchaîner nos machines à travers la rivière! Je me suis arrêté pour prendre des photos du groupe et j’ai recueilli quelques roches en guise de souvenirs en cours de route.

Notre guide avait l’intention de nous amener plus loin dans la vallée pour notre pause déjeuner, et à seulement quelques kilomètres de notre destination nous avons rencontré un barrage divertissant. Avec les averses de pluie au-dessus de la moyenne et le dégel tardif, le sentier devant nous était littéralement devenu une rivière. Faisant plus de 3 pieds de profondeur à certains endroits et l’eau jaillissant à des vitesses folles, le petit sentier maintenant transformé en torrent est devenu un obstacle intéressant. Les machines ont fait de glorieuses tentatives pour le traverser, avec trois SxS et le VTT piloté par notre guide qui sont parvenus à se rendre de l’autre côté. Cependant, quelques-uns des conducteurs moins expérimentés se sont retrouvés en fâcheuse situation. C’est là que connaître nos limites entre vraiment en jeu. Le risque n’en valait pas la peine, alors nous avons fait faire demi-tour aux autres machines et nous nous sommes arrêtés pour déjeuner dans une des zones ouvertes voisines qui avaient été dégagées par des avalanches pendant l’hiver. Cela m’a semblé incroyable: en hiver, vous ne vous arrêtez JAMAIS dans une zone d’avalanche, mais en été, ce sont des endroits parfaits pour prendre un déjeuner relaxant et regarder le paysage à couper le souffle qui vous entoure.

Puisque j’aime ramasser des roches pendant mes voyages, j’étais un peu embêtée devant l’immense choix de belles roches de toutes formes, tailles et couleurs qui ont été poussées au bas des montagnes par les avalanches et la fonte des neiges au cours des siècles. Ces champs couverts d’arbustes et de pierres donnaient à la terre un tel contraste et une texture si spéciale qu’il y avait toujours quelque chose de nouveau à voir et à trouver.
Lorsque nous avons terminé notre repas, nous avons emballé nos choses et nous nous sommes lentement préparés pour le retour à la civilisation. Aussi excité que le groupe l’était la première journée de notre expédition, le groupe était maintenant très attristé: personne ne voulait repartir. Non seulement on nous a donné l’occasion incroyable d’explorer des sentiers en Colombie-Britannique, on nous a également offert le cadeau de voir la vraie Colombie-Britannique: les vallées éloignées où la neige fondante ramène à la vie les rivières bordées de roche, où la faune sauvage florissante est encore intacte et où la beauté du Canada brille de la plus brillante flamme que j’ai jamais vue. Nous ne sommes pas seulement allés faire du VTT et du SxS dans des sentiers incroyables avec des vues spectaculaires, nous avons vécu l’aventure d’une vie qu’aucun d’entre nous n’oubliera jamais.