- Publicité -

Nous avons été assez impressionnés par la nouvelle solution de BRP pour satisfaire les envies de haute performance des adeptes d’aventures. Honorés et excités d’avoir l’occasion de profiter pleinement de ce véhicule sur une base régulière, nous avons presque oublié que nous aurions dû arrêter et prendre le temps d’écrire, de partager notre plaisir avec vous, les amateurs de hors route curieux et avertis. Au moment du premier contact avec ce quad, au début de cette année, lors d’un événement de presse près de Las Vegas, tout était parfait: la météo, la zone de promenade, ces superbes et résonants côte à côtes Can-Am Pure-Sports bien sûr, mais plus important encore, la compagnie du Pro Champion de VTT Josh Frederick, qui a généreusement accepté de conduire ces unités Maverick pour nous pendant cette journée entière.

- Publicité -

Tout d’abord, je voudrais prendre un moment pour mentionner jusqu’à quel point nous avons été profondément attristés d’apprendre la nouvelle du terrible accident survenu à Josh, courant à bord de son Can-Am DS 450 à une ronde WORCS tenue à Lake Havasu City (Arizona), le 24 mars 2013. Cet accident le laissa paralysé de la poitrine vers le bas. Josh a depuis montré un courage et une détermination incroyables, afin et de faire face à ce défi inattendu de la vie. Avant l’accident, il était très heureux de l’arrivée de ce nouveau puissant et efficace côte à côte Can-Am prêt à la course, car il commençait tout juste à profiter de courir à bord d’un Commander et avait bon espoir d’être plus compétitif sur ce nouveau véhicule. Josh m’a aidé à prendre de superbes photos de deux modèles de Maverick ce jour-là. Il m’a aussi donné une idée de ce que c’est de monter sur le siège passager d’une si impressionnante machine de course hors route haute performance. Ce champion très terre-à-terre, admiré pour son talent, son travail acharné et son esprit sportif, m’a donné l’impression d’être un compagnon de sentiers de quelques années, après seulement quelques minutes de notre première randonnée. L’annonce de cet accident m’a grandement touché, même après seulement un jour passé avec lui. Je souhaite sincèrement qu’il puisse garder la force pour une vie épanouissante et je suis heureux d’avoir appris à le connaître davantage en suivant ses progrès en séances de réadaptation sur le web.

Le Blog de Parcours de Josh inclut des mises à jour quotidiennes et des photos de son chemin difficile vers la guérison. Il a commencé à conduire à l’âge de 6 ans et a commencé la course à 16 ans. Il est devenu Pro en 1994 et a couru en tant que corsaire indépendant. En 2008, il a commencé la course avec l’équipe Can-Am/DWT/Motoworks. Josh a gagné plusieurs tîtres de championnat, y compris le Best in the Desert 2005, Les 12-heures de La Tuque 2011 et 2012, le WORCS 2007, 2008 et 2010, le SCORE 2005 et en dernier, mais certainement pas le moindre, le SCORE 2012 qui comprenait la victoire impressionnante de la Baja 1000.

La puissance et la beauté de notre Can-Am Maverick 1000 X-rs, (je sais que ce n’est pas le nôtre mais je voulais seulement prétendre que nous n’avions pas à le rendre), sera peut-être une source d’inspiration pour Josh et d’autres aux prises avec ces blessures dévastatrices, affichant toujours une volonté de conquérir les difficultés et relancer les défis.

Certainement positives sont les réactions à ce premier coup d’œil pour ce combattant agressif toujours à la recherche de conquêtes en tout terrain. Le Maverick respire l’ADN de Can-Am, qui suinte à travers les angles multiples de ses panneaux de carrosserie, que nous avons trouvé intelligemment attachés, pour minimiser les remplacements suite aux incidents malheureux. On y trouve un système de Contrôle Intelligent de l’accélérateur, une suspension arrière indépendante à torsion et à bras oscillant en A (TTA), des porte-bagages arrière polyvalents avec système à attaches rapide LinQ, des sièges amovibles auto-portants, un volant ajustable, un différentiel avant Visco-lock, un système de transmission CVT avec une nouvelle courroie renforcée de Zylon, un système antivol numériquement encodé (D.E.S.S.™), avec 2 clés différentes et cette liste de fonctionnalités se poursuit. Nous n’allons pas seulement répéter ce que vous connaissez ou pouvez facilement apprendre en allant sur le site web de Can-Am, mais nous allons plutôt traiter de quelques autres sujets. Comme le fait que le véhicule vous indiquera de boucler votre ceinture de sécurité, grâce à un message défilant sur le tableau de bord d’aspect futuriste, il refusera d’accélérer jusqu’à ce que vous le fassiez. Très bien fait! Ils devrait en avoir un tel système installé un sur le côté passager aussi, bien que personnellement je ne pense pas que quiconque devrait être averti de la boucler, puisque ce devrait être de seconde nature. Cette fonctionnalité est rendue possible par le système de Contrôle Intelligent de l’Accélérateur. Nous sommes devenus un peu plus familiers avec son fonctionnement, en appuyant sur la pédale de gaz avec nos mains, alors que le véhicule était sur Park, en place dans la remorque. Un appui rapide sur l’accélérateur ne causera aucune montée en tr/min, même jusqu’au plancher si vous êtes assez rapide. N’oubliez pas, vous devez sécuriser la ceinture côté conducteur pour que le moteur réponde pleinement. Nous avons ensuite appuyé sur l’interrupteur du Mode Sport monté au centre du tableau de bord et essayé à nouveau. Nous avons remarqué que la pédale devenait un peu plus sensible à la pression. Que cela signifie-t-il alors que vous êtes au volant? Une sensation bien plus lisse à la livraison de puissance, ce qui est optimal lors du passage à travers un terrain très accidenté qui bouscule les occupants. Ce type de contrôle indirect est presque imperceptible, la plupart du temps, mais certains coureurs pourraient détecter sa présence un peu plus que d’autres et souhaiter quelque chose de plus direct. À l’occasion, en négociant agressivement un virage serré, le fait de passer de freinages puissants aux pleins gaz de nouveau, peut produire une hésitation importante, si l’action de votre pied est trop rapide. Une courte hésitation peut également se produire et ne doit pas être confondue avec un décalage dans la transmission. En fait, nous sommes très satisfaits de la façon dont l’embrayage met la puissance au sol. L’accélération est très linéaire et semble sans fin vers le haut à travers toute la gamme des tr/min. Seulement quelques secondes à pleine puissance signifieront que vous êtes parvenu au-delà de ma limite non officielle de vitesse de 90 km/h, essentielle à mon appréciation de ces véhicules. À des vitesses supérieures, les choses deviennent trop difficiles quel que soit le véhicule hors route et les conséquences d’une petite erreur de conduite peuvent avoir des répercussions beaucoup plus graves. J’éprouve beaucoup plus de plaisir à jouer avec le couple généreux, avec les grandes caractéristiques de maniabilité et avec la suspension presque invincible de 0 à 80 km/h. De cette façon, même si quelque chose va mal, ça ne fera qu’un bon sujet de conversation plus tard autour d’un feu de camp.
Nous avons aimé la position large des roues légères mais solides, à centres ajourés et à anneaux de rétention, les géniaux amortisseurs Fox pleinement ajustable en compression à deux vitesses, les réglages du rebond et de la pré-contrainte, pour les espaces ouverts. Sortis des bois, avec beaucoup d’espace pour se déplacer, comme dans une grosse fosse de sable ou, idéalement, sur une piste faite maison sur un terrain privé (Merci Pat!), j’étais au septième ciel à choisir de tracer le plus de longues courbes rapides possibles dans mon design improvisé de piste. La plupart des bosses dans le sol sont mieux conquises à haute vitesse, alors que le véhicule absorbe tout et presque rien n’est ressenti par les occupants. C’est là que ce véhicule brille le plus et procure la meilleure sensation, Lorsque nous parcourions des sentiers plus serrés auxquels nous avons accès sur d’autres terres (Merci Ben!), il peut commencer à sembler plus encombrant que ses concurrents directs, mais le facteur plaisir reste plein, parce que le véhicule semble se transformer en un autre type de véhicule, vraiment magique. Tout d’un coup, le son était celui d’une Jeep se cramponnant aux roches. Le son est passé d’un cri doux constant de haut régime (approximé à environ 85 décibels par notre application téléphone intelligent, un niveau considéré comme non dommageable pour les oreilles, jusqu’à 8 heures et considérablement réduit étant donné que vous portez un casque), à une série de coups sourds de grogne répétés beaucoup plus bas, faisant écho à travers les arbres. La position du siège en hauteur, inclinée vers l’arrière, rapprochée des côtés, semble exercer un effet sur le psychisme et vous permettre de rester loin de la limite de vitesse réelle du véhicule, tout en permettant de découper dans les virages, ce qui est toujours un élément de plaisir. En d’autres termes, la rapidité n’est pas nécessaire au facteur plaisir. Cette position signifie également que le capot à l’avant est long et ne permet pas une bonne vision du sol juste devant.

Je me dois de mentionner que la généreuse garde au sol de 33 cm (13 po) et les amortisseurs géniaux signifiaient que nous n’avions pas vraiment besoin de voir les obstacles à l’avant. De toute façon, la plupart du temps, j’ai réalisé que j’avais trop ralenti, pensant que je devrais devoir passer là encore à un certain moment avec un peu plus de confiance. Pas de blague ! Le facteur plaisir est toujours hautement présent à bord du Maverick ! Ça m’a rappelé un événement de sport extrême 4×4 joliment fou et spectaculaire auquel j’ai assisté récemment. Je ne pouvais pas m’empêcher de penser que mon Maverick, je dois plutôt dire ce Maverick, aurait pu très bien exécuter sur ce parcours difficile, pourvu d’un étang profond de boue, de folles ascensions de surfaces rocheuses et de sauts raisonnables à négocier. Bien sûr, il me fallait absolument suggérer qu’ils incluent ces Maverick l’année prochaine.

La véritable magie de ce véhicule est située dans la partie cachée en plein centre du véhicule. Presque tout a été repensé dans et autour du moteur bicylindre en V refroidi par liquide de 976 cm3 à SACT, à 8 soupapes (4 soupapes/cylindre) de BRP, afin de maximiser le potentiel de ce moteur puissant. On a pompé la compression à 12 contre 1, renforcé les soupapes d’entrée et de sortie d’air et créé un système de respiration tout nouveau pour le Maverick, selon la philosophie qu’ils aiment appeler la Dynamique de Haut Débit. Ainsi, le gros Rotax, centré sur ce véhicule pour favoriser une capacité de virage optimale, livre un énorme 101 CV ! Cette performance est surtout dûe à l’optimisation de la prise d’air, de la combustion et du flot de l’échappement, qui sont reconnus pour améliorer l’efficacité du moteur. À partir des glissières indépendantes de prises d’air utilisées pour chaque cylindre d’alimentation jusqu’à la pointe de l’échappement double à haut débit, tout a été étroitement étudié et conçu pour plus de performance. La position centrée accomplit de grandes choses pour la maniabilité de ce côte-à-côte Plein-Sport au rayon de braquage diminué. Les inconvénients se feront sentir pour la plupart par votre mécanicien, qui devra retirer plusieurs fixations avant de parvenir aux principales composantes du véhicule. Heureusement, ils ont créé une zone de maintenance facilement accessible, à l’abri des éléments sous le capot, qui permet un accès rapide à la boîte à air, au radiateur et au liquide de refroidissement. Les fusibles et relais sont également facilement accessibles.

Le coup vers l’arrière ressenti dans le dossier est vraiment intimidant au premier abord, pour vous rappeler l’importance d’être entièrement recouvert d’équipement de protection. Ce n’est pas un véhicule récréatif ordinaire. Il est capable de choses beaucoup plus spectaculaires que la plupart. Il est donc très important de vous familiariser lentement avec les caractéristiques de maniabilité et de très haute performance de cette bête puissante. Il faut comprendre que l’ajout d’un coupe-circuit et de plaques d’immatriculation est à peu près tout ce que vous devez faire pour qu’il soit compétitif dans une course de côte à côte. Bien que plusieurs ont été prompts à le comparer au Polaris RZR XP 900 et à l’Arctic Cat Wildcat 1000, l’équipe marketing de Can-Am incluse, je trouve qu’il est important de souligner que chacun propose une expérience hors route très différente de l’autre en sensations, et que seul un essai routier révèlera celui le mieux adapté à vos besoins. D’accord, le Maverick a remporté de justesse la course d’accélération contre trois voîtures, ce qui ne devrait pas avoir un véritable impact sur votre choix de véhicule. Il en va de même pour le test de montée de dune de sable, qui n’a rien à voir avec les conditions de conduite de la plupart des véhicules ici au Canada. La vérité est que le Maverick a beaucoup à offrir et n’a pas vraiment besoin d’être comparé avec n’importe quel autre. Je comprends tout à fait qu’une personne, après l’avoir trouvé dans une salle d’exposition et vu en action sur un moniteur, puisse décider d’acheter ce véhicule. Il est indéniable que son allure soit tout à fait impressionnante et que seul cet élément pourrait suffire à convaincre un acheteur de signer. Lorsque le grand bouton de départ rond au centre du tableau de bord est pressé et que le grondement superbe des doubles tuyaux d’échappement commence à caresser vos oreilles, il devient passablement plus difficile de résister! Je ne sais pas pour vous, mais j’essaie toujours d’éviter de me faire pincer ou éveiller de quelque façon, lorsque je suis dans cet état. J’aime beaucoup ce rêve et je veux y rester! Juste de transporter ce véhicule sur une remorque est une expérience en soi. Cette machine est un sujet de conversation idéal, attirant les commentaires et les questions.

De commettre à dessein des erreurs de conduite est mon moyen de tester la qualité de la maniabilité et de la sécurité de ces véhicules et j’ai été heureux de trouver une qualité de suspension qui permettra aux utilisateurs de jouer avec cette puissance imposante en toute sécurité. N’oubliez pas que ces véhicules côte-à-côte Plein-Sport représentent maintenant la crème de la crème en termes de stabilité et confort.

COMMENTAIRES FACEBOOK